TEST - Double Dragon Neon sur Nintendo Switch

De nombreuses heures de plaisir et surtout, de nostalgie!

Par Francis Payant
Ah! Double Dragon. Que ce jeu me rappelle des souvenirs. Quand j’allais jouer à l’arcade avec mes cousins lorsqu’on allait visiter ma grand-mère au jour de l’an à Granby. Hé oui, l’arcade était ouverte cette journée là. Que de bon temps ce jeu nous a donné. Aussi, il me fait toujours penser au film l'Enfant Génial (The Wizard – oui, la plus grosse info-pub d’une heure trente consacrée à Nintendo) avec la séquence ou le jeune garçon joue pour la première fois à un jeu vidéo et comble de bonheur, c’était Double Dragon. Maintenant, j’ai eu la chance de le tester sur Nintendo Switch et voici ce que j’en ai pensé.  


D’emblée, il faut se le dire, ce n’est pas un nouveau jeu en tant que tel. Double Dragon Neon a d’abord été lancé sur PC, PlayStation 3 et Xbox 360 en 2012 par le studio WayForward Technologies (celui qui a lancé la série Shantae). J’y avais déjà joué sur Xbox 360 et je trouve vraiment intéressant que le studio l’ait adapté sur Switch.


L’histoire reste passablement la même.  Vous incarnerez Billy (joueur 1) ou Jimmy (joueur 2) et vous devez sauver Marian des mains de la bande Shadow Warrior. Vos arènes seront la rue, un dojo interstellaire, en Asie, dans un laboratoire génétique, un cimetière et dans les bureaux du chef de la bande de Shadow Warrior : Skullmageddon.

Il faut comprendre que Double Dragon Neon est oui, un remake, mais a aussi de nouveau niveaux. De plus, ils ne sont pas joués dans le même ordre que dans la version d’origine. Dans Neon, vous aurez plus de mouvements que vous pourrez apporter dans vos combats. Oui, vous avez toujours les fonctions de frapper avec vos poings, vos pieds et sauter, mais aussi, vous pourrez esquiver les attaques de vos ennemis, soit en les attrapant lorsqu’ils seront sonnés et faire une roulade. Lorsque vous le ferez, vos attaques seront plus puissantes pendant quelques secondes.    

Une autre chose intéressante est que pendant votre partie, vous trouverez des cassettes de musique qui vous permettront de faire des attaques puissantes (vous aurez une ligne d’énergie à cet effet) et vous pourrez changer votre pouvoir tant que vous voulez. Vous accumulerez également de l’argent qui vous permettra d’acheter des choses dans des magasins cachés dans les niveaux : de nouveaux pouvoirs, des vies, des cassettes, etc.  Quand vous jouez à 2 joueurs, vous pouvez faire des « high five » et de partager votre barre de vie et de s’aider quand un des deux est dans le pétrin. Malheureusement je n’ai pas pu l’essayer à cause de la pandémie ou il est difficile de se trouver des amis ces temps-ci. 


En avant la musique 

De mémoire, la bande-originale de Double Dragon est l’une de mes préférées et est, pour moi, emblématique un peu comme la musique de Zelda, Super Mario Bros et du premier Contra. Dans la version Neon, je trouve que la musique est encore meilleure.  Les concepteurs du jeu devaient savoir qu’ils avaient de grands souliers à chausser quand ils ont décidé de faire un remake de ce classique et croyez-moi, vous ne serez pas déçus. D'ailleurs, en voici un extrait!

Et graphiquement, ça a l’air de quoi? 

J’ai été très surpris pour les graphismes de Double Dragon Neon. On ne jurerait pas que le jeu a près de 9 ans! Quand j’y joue, j’ai l’impression de regarder une bande-dessinée. Les mouvements sont fluides, soutenus, on voit que les concepteurs y ont mis les efforts nécessaires afin que les aventures de Billy et Jimmy puissent être ramenées au goût du jour.

En revanche, certains parents vont peut-être vouloir montrer ce jeu à leurs jeunes enfants. Je ne vous le conseille pas. Oui, il est super beau, mais très sexualisé. Quand vous rencontrez des ennemis, principalement des ennemies féminines, elles ne sont que très légèrement vêtues. Quand elles marchent, on voit leur énorme poitrine bouger, combattent en j-string et font certains coups de pieds que même Jean-Claude Van Damme ne pourrait pas faire. Je trouvais cela dérangeant parfois parce que c’est trop. On peut montrer des femmes combattantes qui ne sont pas obligés d’être toute nues.  En tout cas, c’est mon opinion.    


Qu’est-ce qu’on aurait pu améliorer? 

Au lieu de faire un simple portage sur Switch, les concepteurs auraient pu pousser le jeu encore plus loin. La première chose qui me vient à l’esprit est de ne pas pouvoir jouer en ligne avec nos amis. Il me semble qu’en 2021, avoir un mode en ligne, pour un jeu qui aurait été parfait pour cela aurait été encore plus intéressant. Je trouve aussi qu’il n’y a pas assez de niveaux et il aurait été vraiment amusant d’en rajouter un, deux ou plus afin que l’expérience dure plus longtemps.   

Mais, si vous terminez le jeu, vous pouvez le refaire à un niveau plus difficile afin d’augmenter sa durée de vie. Vous devez également savoir que le jeu n’est qu’en anglais. Dans ce cas, ce n’est pas très grave car il n’y a pas beaucoup de texte, mais quand même. Le dernier point et non le moindre est l’IA du jeu. Je trouvais que les ennemis n’étaient pas très malins. Qu’ils n’avaient pas la moindre coordination afin de nous attaquer. Souvent ils vont vous attendre afin de vous combattre. Il aurait été intéressant de pousser ce côté encore plus loin. 


Est-ce qu’on l’achète? 

Pour le rapport qualité prix, absolument. Le jeu est offert à moins de vingt dollars. Il vous offrira de nombreuses heures de plaisir et surtout, de nostalgie. Honnêtement, j’ai eu beaucoup de plaisir d’y jouer sur Switch que ce soit à la maison ou au bureau (ah oui, c’est le même endroit actuellement). Dans l’ensemble WayForward et Majesco ont fait du bon travail et la Switch est vraiment une plateforme super intéressante pour Double Dragon Neon.   

J’aime 
-Enfin un ‘’remake’’ digne de ce nom
-:a musique est encore mieux qu’avant
-Graphismes de type film d’animation vraiment superbes
-Possibilité d’avoir et d’acheter des pouvoirs, des vies, et autres objets au cours de votre partie
-Bon rapport qualité/prix

J’aime moins 
-Les graphismes sont beaux, mais très sexualisés 
-IA des ennemis bourrue
-Pas de mode en ligne 
-Très court
Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.  

 
Double Dragon Neon Site officiel 
Date de lancement sur Nintendo Switch : 21 décembre 2020 
Développeur : WayForward Technologies
Éditeur :  Majesco Entertainment
Plateformes: Switch (ce test) et précédemment sur PS3, Xbox 360 et PC 
Prix : $19,40 
Taille du jeu sur Nintendo Switch : 1,9 GB

 
Me joindre sur Facebook via Le Roi du Deal
Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo! 

Commentaires

  1. Difficile de cacher un jeu jouer avec une Xbox One ou PS4 sur un écran 80 pouces à ses enfants, mais avec la Switch Si! (Car on peux y jouer dans nos mains!)
    L’éternel volonté de croire que Nintendo est toujours synonyme pour enfants!
    (Tout les consoles ont des jeux familiaux!)
    J’espère que t’as pas ôter un .5 pour ça!
    Des filles en J-string avec d’énormes poitrines c’est pas si grave...

    Comparer à des jeux comme Waifu Uncovered et Agony(Sont complètement à poils )
    Sans oublier, des grosse poitrines y en a plein dans Omega Labyrinth
    tester ici-même par Steeve,
    Ha! oui un autre: Moero Crystal H (il faut carrément frotter l’écran pour déshabiller les jolie demoiselles! )
    Hé oui tous sont sur Switch..

    Pour le reste , t’as raison un peu plus de niveaux et du multi (pour les amateurs) auraient été plus de mise...
    Mais aurait-on eu un jeu, bon rapport qualité/prix?

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Monsieur Ben. Les filles a moitié toutes nues, oui, ca m'a dérangé un peu. Je ne suis pas pudique de nature, mais je pense qu'on peut montrer des combatantes sans qu'elles soient trop sexualisées. Aussi, je ne peux les comparer à Waifu, Moero Crystal H ou Agony car je n'y ai jamais joué. Mais merci pour ton commentaire toujours aussi pertinent.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire