TEST - Monstrum (Switch, Xbox One, PS4)

Fuyez! Votre survie en dépend!

Par Monsieur Ben
Abomiamentum (abomination)
Un navire abandonné sur une mer brumeuse dont vous êtes seul à bord, ou presque.. car rapidement vous ferez connaissance d’étranges créatures qui chercheront à vous tuer d’une façon pas très délicates. Ici, la mort est synonyme de nouvelles parties, de couloirs et de salles créées aléatoirement (idem pour nos outils indispensables à notre survie)! On recommence le jeu indéfiniment tant qu’on a pas rempli les conditions nécessaires pour quitter l’endroit sain et sauf! Consternation et frustration qui pourraient vous faire très vite abandonner. Voyons voir si ce fut mon cas...
JunkfFish
Monstrum fut créé et publié la première fois sur Steam en 2015 par JunkFish, studio indépendant travaillant à Dundee (en Écosse) et à Singapour (Asie). Sur consoles, c’est par Soedesco (éditeur hollandais de la ville portuaire de Rotterdam) que le jeu fut publié et le studio néerlandais Engine Software avec Cypronia (société slovaque présent sur consoles depuis 1997) ont pris en charge la version Switch.
Jeu
Comme j’avais précisé au début de cette critique, Monstrum est un <survival horreur> à la première personne, utilisant des niveaux générés de façon procédurale, de rencontres avec d’effroyables créatures à éviter coûte que coûte (car votre mort vous renvoi illico au début du jeu)! Comme on ne peux pas rester caché indéfiniment, il faut sortir de notre petite pièce et essayer de trouver un moyen de fuir les lieux. Rien dire sur les contrôles de la manette, on en saisi vite les fonctionnalités... En fait, peut-être si ; puisqu'il n'y a pas de vibrations, ni de détection des mouvements au niveau de la version Switch.
Monstrum inc
Une créature sur trois apparaît de façon aléatoire pour chaque partie. Chacune d’elles possèdent des capacités différentes comme par exemple (leur noms sont subjectifs de moi-même) :

-Le Marcheur (genre Yéti) difforme et visqueux, dont le bruit de ses pas et hurlements (frissons garantis avec écouteurs) vous serviront d’avertissement, puisque son arrivée est très rapide.
-L’Esprit électrique (genre fantôme) vous devinerez sa présence par les lumières des couloirs qui faiblissent et clignotent, mais c’est un esprit donc surveillez vos arrières!
-Et le troisième un espèce d’Alien (un rampant très sournois, le plus difficile des trois) qui à votre vue se lève debout, ouvre ces deux mâchoires horizontales (genre comme dans Alien Isolation). Sursauts garantis!
Histoire et but
Il n’y a pas vraiment d’histoire, le protagoniste c’est mis à l’abri, pendant que ses compagnons se faisaient tranquillement massacrer. On y trouve des notes et enregistrements sur magnétophones, permettant de comprendre le tout. Mais la réelle phase du jeu sera de trouver de quelle façon s’évader. Au départ, vous ramassez une première lampe torche, des notes laissées un peu partout, etc., et durant vos ''Sauve qui peut!'' vous dénicherez ce qui seront vos choix d’évasion. Soit un hélicoptère, un bateau de sauvetage et même un sous-marin! Chacun auront des besoins particulier (clé, chalumeau, cutter, essence, poulie etc.) qui seront cachés et éparpillés (aussi aléatoirement) dans des pièces souvent inaccessibles. Les portes devront être ré-alimentées (en trouvant des fusibles) et de surcroît un système d’alarme avec caméra sera en fonction, alertant les vilaines bestioles, ajoutant une coche de plus à notre anxiété !
Switchum
Bon j’avoue qu’au début, je fus un peu déçu par l’aspect technique de l’ensemble du jeu, (attention j’ai pas dis que le jeu est laid !) sur la version originale PC, par exemple, les fonds des couloirs sont toujours visibles (sans brume) et l’extérieur n’est pas tant brumeux, (on voit un ciel étoilé et nuages). Je ne crois pas que la Switch soit incapable d'afficher le même rendu, puisqu'on a eu des portages très demandant (Alien Isolation entre autres) et le tout y fonctionne très bien. Okay, les programmeurs ont peut-être eu plus de moyens, mais n’empêche que certains jeux indies réussissent des tours de force technique et visuels, capables d’égaliser bien des jeux tiers ! Donc un manque de bonne volonté de la part d’Engine Sofware et Cypronia? Peut-être...
Recommandation et mention!
Un jeu de survie horreur, saupoudré d'un côté roguelite, d’effets procéduraux et apparitions aléatoires, seulement un ennemi par partie où on passe son temps à se cacher soit dans un placard, sous un lit ou même derrière un rideau et... que de tout manière on se fera surprendre bêtement!

Mourir et recommencer toujours au début! Peut-être pas pour tous! Soit vous allez adorer, soit vous allez détester (y a pas de milieu!) Ayant terminé enfin une fois, (minimum un bon 10 heures) mon échappatoire avec l’hélico, (après des dizaines et dizaines de tentatives entrecoupées de 43 secondes de chargements)... et oui.
J’ai quand même fini par apprécier le jeu, d’ailleurs pour terminer, mention très spéciale au niveau de l'ambiance du jeu : les bruits de pas, les grognements des créatures, les jets d’air bruyants des tuyaux, le grincement des portes, l’essoufflement d’avoir trop couru, les sursauts de voir apparaître les créatures et la façon de nous faire passer au trépas, donne au jeu sa vraie nature d’exister. Et je vous défi d’y jouer lumière fermée, Switch en mains et surtout, avec de bons écouteurs (cardiaques s’abstenir)!

J’aime :
-L’effet rétro du navire, (taule, couleur rouille, aménagement, cargaison...)
-L’ambiance sonore du jeu
-Les monstres
-Le procédural et le côté aléatoire des objets à trouver!
-L’effet stressant qu’on attend d'un jeu d’horreur, réussi!
-Les notes et enregistrements vocaux restent débloqués en jeu et au menu, dans ''objets à collectionner''
-Les graphismes sont fluides, propres mais...
J’aime pas :
-...carrément l’utilisation abusive de la brume (surtout à l’extérieur)
-Recommencer à l’infini , (juste eu besoin d’une petite sauvegarde temporaire pendant un run) okay c’est un roguelite!
-Chargements un peu longs
-Deux sorties de jeu, en jouant
-Quelques glitches , genre que ça peut arriver parfois qu’on peut rien ramasser et pas capable d’ouvrir une porte ou à l’inverse, passer au travers les portes (solution revenir au menu du jeu et refaire nouvelle partie )
-Musique trop en retrait
-Son prix un peu élevé (en bas de 25$ serait plus acceptable)

Post Scriptum
Bien pour les quelques bugs et l’aspect trop brumeux et bonne frustration qui pourraient en rebuter plus qu’un, un 6.5/10 serait une note acceptable. Mais ce qui rend ce jeu plus intéressant c’est l’ambiance sonore très réussi et surtout, pour amateur de jeux d’horreur, les ''jumps scares'' sont un pur délice! Un 8/10 serait pas abusif, mais je vais quand même trancher pour un ...

Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient
aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith. 

Monstrum Site officiel
Développeur : Team Junkfish
Portage Switch par : Engine Software et Cypronia
Éditeur : Soedesco
Plateformes : Switch (ce test) , Xbox One, PS4, PC
Prix : 37,79$

Retrouvez-moi sur Twitter @monsieur_ben
Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour toute l'actualité quotidienne du jeu vidéo! Twitter , Facebook , YouTube , Le Podcast , Twitch

Commentaires

  1. Oh! Ça a l'air tellement stressant comme jeu! Tu connais ma relation amour/haine avec les jeux horrifiques, en plus que là, y a forte présence de jump scares! Aïe aïe aïe... ce doit être dur sur la patate (à éviter aux cardiaques comme tu disais si bien!) 😅 Bref, bon test bien complet, et félicitations pour ton évasion réussi! ✊🎉🎉🎉

    RépondreSupprimer
  2. Merci, j’aime bien les jeux qui sortent des sentiers battus, on est très loin d’un Super Mario... la Switch avec son opportunité d’y jouer n’importe où, (genre dans une petite pièce, lumière éteinte) amplifie largement les effets de ce genre de jeu (Attention Pas pour tous!)
    Ouiiii, une fois débarrer la porte de l’hélico, couper les chaînes et alimenter en essence,
    J’ai couru comme un malade,( impossible de tout compléter sans voir réapparaître le monstre!) donc encore le stress de se faire poursuivre,contourner et revenir sur mes pas et enfin se glisser à l’intérieur de l’engin, quel soulagement et d’euphorie de se dire Yes j’ai réussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que le feeling une fois réussi doit être ultra grisant, jouissif et excitant! Peut être quelque chose du genre du sentiment lorsque je réussi à sortir vivant avec le vaisseau foreur dans Deep Rock Galactic. Ce sentiment est génial. Ou un peu comme le sentiment que tu ressens en battant une grosse vilaine bestiole dans Dark Souls?

      Supprimer
  3. Oh que oui! Dark Souls est un parfait exemple, ce qui est rassurant , même si certains jeux n’ont pas la touche graphiques des jeux 4k ultra réalistes, comme ce Monstrum, on peut en retirer un plaisir aussi exaltant!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire