TEST - Destroy All Humans! sur Nintendo Switch

Destroy All Humans!

Par Monsieur Ben
Enfin voilà arrivé le fameux jeu culte Destroy All Humans! sur la Nintendo Switch. Une version que j’attendais de pied ferme depuis l'avis de Steeve il y a déjà un an (juillet 2020) sur l’édition Xbox ! Est-ce que mon hype d’y jouer enfin sur ma petite Switch adorée sera aussi conséquente au test à Steeve? Aurais-je la même sensation de plaisir et de fun à le découvrir entre mes mains? 

La force de la Switch n’est pas dans le hardware mais bien dans sa portabilité, le fait de pouvoir y jouer n’importe où, sans connexion au wifi, en tout liberté. Mais à quel prix? Pour ceux qui préfèrent nettement la technologie et les graphismes à haut niveau, vous risquez d’être très déçu, extrêmement déçu même!


Black Forest Games

La jeune société allemande fondée en juillet 2012 et affiliée à l’éditeur THQ Nordic en août 2017, a été été mandatée pour la remastérisation de la version originale de Destroy All Humans!. Un jeu lancé en 2002 sur Xbox et PlayStation 2, développé à l’époque par Pandemic Studios. Par cette nouvelle mouture, le développeur Black Forest Games semble avoir fait une remastérisation de bonne fortune, joliment retravaillée. Du moins... concernant les versions PS4 et Xbox One.


Humour noir

L’humour noir vous connaissez? Cette ironie de tourner en absurdité le comportement des humains souvent lié à des événements incontrôlables, un peu comme ceux provoqués par une pandémie mondiale où il n’y pas de virus, mais plutôt des charlatans à blouse blanche! On se fait pas vacciner de peur de se faire empoisonner par les ingrédients dont on ignore la signification! Mais aucune crainte à ingurgiter n’importe laquelle boisson gazeuse avec des ingrédients suspects longs comme le bras!


Bizarrement Destroy All Humans! m’a vraiment donné cette impression. Du coup, si l’humanité se faisait envahir par une race d’extraterrestres, je reste convaincu que plusieurs n’y verraient encore une fois qu'une façon belliqueuse de nos dirigeants politiques à nous manipuler afin d’établir un nouvel ordre mondial. 

Mais pour une bonne partie de la population, eux savent qu’il suffit simplement de courir s’acheter des rouleaux de papier de toilette! Car c’est connu les petits hommes verts n’aiment pas les papiers culs! Ben non, c’est du sarcasme à l’image du personnage principal Crypto qui possède un humour noir à prendre avec des pincettes (aujourd’hui faut vraiment faire attention à ce qu’on dit). Comme ne pas mettre le mot « maudit » devant le nom communiste! Car tout le monde sait que les communistes sont des extra-terrestres!


« Chéri y a un Furon dans l’enclos! Un quoi? »

Sans rentrer à fond dans l’histoire du jeu (puisqu'il y a déjà de nombreux dossiers à ce propos sur le net, sans oublier comme mentionné plus haut, très bien expliqué dans le test vidéo de Steeve, je ferai donc une brève description globale : Nous sommes aux États Unis à la fin des années 50, la menace rouge des soviétiques russes (URSS) envers le peuple américain à atteint son paroxysme, voire alarmant, à un point tel qu'une paranoïa incontrôlable servira finalement de bouc émissaire à camoufler l’existence de visiteurs venus de l’espace!


Vous êtes donc un alien nommé Crypto! Bah, c’est mieux que Crisco, quoique l’huile de Crisco utilisée dans la pate à tarte se place très bien sur une soucoupe… mais bon celle-ci ne vole pas... Bref revenons à notre E.T. national qui ne veut pas retourner à la maison (hum ça me rappelle quelqu’un ça)! Crypto a pour mission d’extraire des cerveaux humains, qui une fois l’ADN prélevé, servira de remède et au rétablissement de leur système de procréation naturelle!


Mais bon, si son chef Abraracourcix (voyons pas celui-là), plutôt son chef Orthopox-13 désire perpétuer la race des furons de façon naturelle pourquoi pas! Donc Crypto va se retrouver sur la plancher des vaches à la recherche de cerveaux humains et en cela, il travaillera pour le meilleur ou le pire! Car les humains on le sait, ont la fâcheuse habitude de tirer avant de dialoguer!


« Chéri sort ton fusil y a bel et bien un Furon dans l’enclos! »

ET (pas dans le sens Extra-Terrestre mais dans le sens de Ensuite) les missions du Shérif fais-moi peur, euh... de notre cher Crypto, sont divisées en six lieux semi-ouverts : Turnipseed Farm, Rockwell, les villes Santa Modesta, Union Town, Capitol City et l’énigmatique Area 42!


Comme tout bon être venu d’ailleurs et même si on vient des confins de l’espace, c’est pas ça qui va changer les bonnes manières! On part pas de la maison sans trainer des armes de destruction massive, non plus sans sa soucoupe volante armé jusqu’aux dents! Cependant Crypto n’est pas en reste, un extraterrestre n’est pas extra pour rien!

Plusieurs compétences comme la Psychokinésie (soulever des objets) et la Télékinésie (donner des ordres) et la Transmogrification (transformer les objets en munitions) sans oublier la capacité Holobob (se transformer en forme humaine) seront des affinités indispensables à développer tout au long de l’aventure!


Une aventure qui peut facilement se boucler en une bonne dizaine d’heures, ajoutez peut-être le double pour en faire le tour à 100%.

Finalement y a-t-il de la Switch dans les idées!

Malheureusement non, du moins, pas dans les idées du développeur Black Forest Games. Le jeu n’a vraiment pas reçu le même amour que sur les autres plateformes. Certains mettrons le blâme sur le hardware de la Switch, mais c’est un jugement qui me parait trop facile, d’autant plus que beaucoup de portages plus gourmands et justement éditées par THQ Nordic fonctionnent très bien! Pensons à la série des Darksiders et Kingdoms of Amalur, des jeux testés ici-même et ayant tous récoltés d’excellentes notes!

Version Nintendo Switch

Version Xbox One

Destroy All Humans! ne ressemble en rien aux versions superbement bien remasterisées sur les autres plateformes, le gameplay est juste correct, mais les inégalités graphiques tout au long du jeu viennent ternir tout le reste de l’aventure. Comme dirait l’autre, un dénommé Jérome : « ça pique aux yeux » et cela même sans TV 4K! Des chutes de framerates constantes et un scintillement digne des premiers jeux PS1!

Voyez ci-dessous, les textures sur son visage ont changées même si je n'ai pas bougé!



Conclusion

Le jeu offre gratuitement un pack skin de Crypto, jouer avec le Roi du Rock m’a fait réellement sourire! Vous aurez compris que la seule et unique raison de vouloir y jouer, en faisant fi du côté visuel, est d’y jouer console en mains. Mais si vous êtes du genre à jouer seulement sur télé, choisissez vos consoles nextgen ou les Xbox One et PS4 de ce monde, d’autant plus que le jeu est offert gratuitement aux abonnés du Xbox Game Pass Ultimate et xCloud!


J’ai constaté sur le eShop que dans les meilleurs ventes de jeux par l’éditeur THQ Nordic, qu’il était déjà à la première position des ventes, donc le jeu était vraiment attendu par la communauté de joueurs Switch! Voilà un signe que le développeur devrait prendre en considération et retourner peaufiner son titre! Une grosse mise à jour s'impose pour ce cher Destroy All Humans!

J'aime : 
  • L’humour noir sans contredit!
  • Crypto
  • La soucoupe volante identifiée
  • Missions et défis!
  • Les différentes phases de gameplay
  • Textes en français (parlé anglais seulement)
  • Plus joli que l’original mais…
J'aime moins :
  • Très en deçà des autres consoles
  • Textures complètement inégales
  • Flou, downgrade et popping!
  • Scintillement au loin toujours constant!
  • Une fois « crashé » (pas avec la soucoupe) mais plutôt revenu au menu Switch!
  • Chargements trop long …. ( 10, 20 et même parfois 30 secondes!)
Recommandation : Si rustine il y a, je réviserai ma note, pour le moment il mérite pas plus, désolé…

Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.  

Destroy All Humans! Site officiel
Développeur : Black Forest Games
Éditeur : THQ Nordic
Plateformes : Switch (ce test), PS4, Xbox One, PC
Prix : 39,99$
Notre test version Xbox One

Me joindre sur Twitter via @monsieur_ben
Abonnez-vous aux différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo!

Commentaires

  1. Vraiment déçu que ce portage soit décevant, car le jeu était fort attendu sur Switch (comme tu l'a si bien mentionné dans ton test). Et il est tellement bon sur Xbox One! Souhaitons lui une mise à jour qui viendra peaufiner le rendu visuel et ses performances générales! Bon test et bonne analyse! :-)

    RépondreEffacer
  2. Merci mon ami, oui une bonne mise à jour serait vraiment la bienvenue, d’autant que le jeu est très amusant «  Switch en mains » la gratuité du pack des skins ne pardonne nullement la peu d’effort donner à ce portage vraiment pas!

    RépondreEffacer

Publier un commentaire