TEST - Hades (Switch, PC)

Un rogue-like pas comme les autres!

Par Monsieur Ben
Annoncé au Nintendo Direct Mini du 17 septembre, le jeu Hades m’avait déjà conquis sous bien des aspects, un petit air de Diablo-like en vue isométrique, au style rogue-like / dungeon crawler, attribué d’éléments de jeu de rôle dans un univers entourant la mythologie grecque, agrémenté d’un joli visuel entièrement dessiné à la main, dans de somptueux niveaux créés de façon procédurale....


Ayant fait l’acquisition du jeu depuis peu (avant les cyber aubaines du eShop) je peux d’ores et déjà affirmer que même payé à plein prix, ce titre devrait rejoindre votre bibliothèque vidéoludique sans aucune hésitation et quelque soit votre console.

L’équipe Supergiant Games

Petit studio américain fondé par Amir Rao et Gavin Simon en 2009 à San Francisco, ils n'en sont pas à leur première édition, ayant déjà acquis leurs deux premiers sur ma Switch, Bastion et Transistor qui comme Hades flirt avec le côté jeu de rôle et action, style que Supergiant Games semble apparemment apprécié et c’est tant mieux! Deux autres titres aussi remarquables à posséder dans votre collection. J’aime bien la philosophie énoncée sur leur site: « Nous voulons créer des jeux qui stimulent votre imagination comme les jeux auxquels vous avez joué en tant qu'enfant! »


Vous êtes Zagreus fils d’Hadès!

Si si! Nous sommes bien dans l’univers mythologique de Zeus et Poséidon et de la déesse de l’amour Aphrodite, tous des dieux que Zagreus rencontrera tout au long de nos runs (courses) dans le monde souterrain du maître des enfers Hadès. Mais pourquoi donc? Tout simplement que notre principale protagoniste Zagreus à décidé de fuir la maison familiale. « Y a-t-il un autre monde après le monde? » Okay, j’ai volé ça sur « Y a-t-il une vie après la vie? » mais bon… faut croire que vivre dans les profondeurs de l’enfer ne plait pas au jeune rejeton, faut pas lui en vouloir de fuir la domination qu’exerce son père, un aura toxique qui ne cessera de grandir à chaque retour au bercail. 


Le ton sarcastique du paternel donne sûrement raison à Zagreus de vouloir quitter ce lieu à jamais, et c’est pas vraiment la mort qui pourra l’arrêter! Après tout il est le fils d’un dieu, du coup l’immortalité dans un jeu rogue-like n’a jamais été aussi utile et vrai!

Le Domaine des Dieux

En fait il ne s’agit pas vraiment du domaine des dieux, mais comme ceux-ci se présentent aléatoirement à Zagreus au début de chaque course et autres endroits, on peut penser que les profondeurs font parti aussi de leur domaine en dépit du Maitre des lieux, Hadès! Ceux-ci aideront Zagreus à leur façon, par des bienfaits offerts temporairement pour améliorer votre arme de départ (Arc, Fourche, Épée, Bouclier etc). Le temps d’une sortie et dans chaque pièce libérée de ces monstres, vous découvrirez votre prochain type de récompense visible sur la porte : une nouvelle faveur offerte par un autre dieu ou l’amélioration de celle déjà acquise, ou bien... autre chose? Tout dépendra de vos choix!


Les combats des monstres sont assez intenses, d’où l’importance de bien s’équiper et de bien choisir l’aide octroyée par les dieux! Mais de toute évidence vous allez quand même mourir… des dizaines et dizaines de fois, promis! Oh que oui! N’oubliez pas les ennemis réapparaissent de façon aléatoire! Mais rassurez-vous, à votre mort tout ne sera pas totalement perdu, ressources et or récoltés resteront dans vos poches à votre résurrection!


Maison d’Hadès pour toujours!

Ouais, surtout qu’on y revient très souvent! De toute façon la grande majorité de l’histoire du jeu est directement liée à la maison d’Hadès et à chaque retour on aura accès à de nouvelles surprises! Un renouveau sans cesse surprenant! De nouvelles pièces à visiter, de nouveaux personnages à connaître, y a pas un seul commentaire qui se répète, j’ai rarement vu ça! On se paye même le luxe de critiquer nos derniers moments de combats! Même Zagreus n’y échappe pas, il a toujours de quoi à dire…


Les dialogues demeure la plus grande force du jeu, chapeau aux concepteurs! Les ressources et or serviront à améliorer les différentes salles de votre demeure mais aussi et surtout, à débloquer des talents de façon permanent (enfin!) grâce à un certain miroir et même un meuble remplit de vieux souvenirs… Sans oublier l’acquisition de nouvelles armes! Et j’ai même pas parlé de l’encyclopédie, c’est monstrueux! Bref une vraie poupée russe ce Hades!

Un bijou à l’état brut!

Il serait criminel de passer à côté du principal argument entourant l’entièreté du soft qui donne au jeu son essence propre: premièrement, une fois passé le début d’essai et recommencé, quand l’inattendu nous explose à plein visage, que le jeu devient addictif (d’une part dû à sa jouabilité sans failles et de la découverte et grande richesse de l’histoire), que dire... un mot nous vient en tête et c'est « wow »

Une excellente musique en harmonie totale sur tous les niveaux du jeu! Les dialogues savoureux (sous-titres français) apportent une valeur inestimable, chaque phrase est dictée avec des voix de façon magnifique (anglais seulement). Selon les concepteurs, le jeu possède une trentaine de personnages très colorés à connaître en profondeur et pour éviter qu’ils répètent les mêmes répliques à chacun de leur rencontre, ils ont implantés vingt mille répliques audio! Rien de moins!


En conclusion

Pour être honnête, j’ai pas encore terminé le jeu et c’est tant mieux! J’ai fini par atteindre le début du 3ème niveau après un bon 20 heures (et plus), et j'ai dû recommencer de nombreuses fois (des dizaines?) et malgré cela, j’adore toujours y rejouer! Une vraie pépite vidéoludique à mettre au panthéon des jeux vidéo, sans contredit le meilleur jeu indépendant de 2020!

J’aime
-L’histoire
-Les dialogues (20,000! ayoye!) ça va prendre du temps pour passer au travers!
-L’humour dans l’univers mythologie grec
-La beauté des personnages
-Les décors du jeu tous fabuleux
-Les musiques sont incroyables!
-La superbe technique des combats!
-Mention spéciale à la vibration HD, super!
-En mains ou docké, nickel!
-Et tout le reste … (surprises)

J’aime moins
-Trop addictif!
-Obligé de changer de jeu!

Note finale

*Précisons que cette critique a été réalisée avec une copie achetée. Il ne s'agit pas ici d'une copie envoyée par l'éditeur.


Développé et édité par Supergiant Games
Plateformes : Switch (ce test), PC
prix 31.49$

Me joindre sur Twitter via @monsieur_ben
Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo! 

Commentaires

  1. Oh! Une belle surprise que ce test mon ami! D'autant plus que j'en avais parlé dans l'épisode 44 du podcast! 😅 Finalement, les gens des Game Awards semblent avoir eu raison de le mettre en nomination pour "jeu de l'année 2020"! Bon test, bon texte, cher collaborateur! 🙂👍

    RépondreSupprimer
  2. Hé oui, je l’avais déjà acheté avant ton podcast, bonne coïncidence!
    Ça demeure une note subjective, j’ai pas réussi à trouver du négatif à dire...
    J’aurais pu mettre un 9.5 mais c’est moins vendeur! 😆
    J’espère qu’il vas être jeu de l’année 2020, je lui souhaite!

    RépondreSupprimer
  3. Wow. Super test monsieur Ben. Je vais sûrement me le procurer. Merci pour ce super test, très intéressant et pertinent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Francis, très apprécier, justement en rabais sur le eShop (25.19$)
      et déjà troisième meilleur vendeur, juste après Hyrule Warriors! quand même!

      Supprimer

Publier un commentaire