TEST - Deadly Premonition 2 : A Blessing in Disguise (Switch)

Un OVNI vidéoludique

Par Monsieur Ben
« Tu ressemble à un Ange, marche comme un Ange, parle comme un Ange, mais au fond... tu es le Diable déguisé! » (Devil in Disguise)

Jamais un jeu m’a donné autant de sueurs ... (pas genre sueurs froides), mais bien genre pénible, déplaisant, désagréable, rebutant! Jamais un jeu ma donné autant envie de tout arrêter, de supprimer, me disant y a autre chose à faire dans vie que de jouer à des jeux vidéo! Si, si, j’ai vraiment eu ces idées qui m’ont effleuré l’esprit! Mais mon Ben intérieur m’a parlé et m’a fait comprendre que tout est question d’attitude, de patience et de persévérance pour arriver à saisir la vrai nature des choses...
Francis York/Zach Morgan, en est peut-être la clé? Ses recherches à vouloir élucider de crapuleux homicides liés avec une ténébreuse drogue nommée le Saint Rouge... ont sûrement contribué au fond de moi à vouloir en connaître davantage sur son destin et vers ces prémonitions mortelles!

Rising Star Games Ltd. versus Toybox Inc
D’abord, l’éditeur Rising Star est une société fondée en 2004 dans le Hertfordshire du comté d'Angleterre, situé au nord de Londres. Celle-ci a surtout fait sa marque sur consoles portables comme la PlayStation Vita, Nintendo DS et 3DS, et à l’heure actuelle environ 15 nouveaux titres ont été édités sur Switch, comme Harvest Moon et l’excellent RICO, testé ici même par notre ami Steeve.

Toybox Inc. est un studio de développement japonais créé en 2012, une équipe regroupant les mêmes programmeurs responsables du premier opus du très controversé Deadly Premonition sorti en 2010, qui à l’époque, avait suscité une grande polémique côté graphismes et contrôles de véhicule (vraiment trop rigide), divisant une bonne partie de la communauté de joueurs entre haine et amour, ce qui n’a pas empêché au soft au cours du temps, à devenir un jeu culte, peut-être sauvé par un scénario bien ficelé et son personnage atypique, mais ô combien sympathique de l’agent du FBI Francis York/Zach Morgan. Allons voir si Deadly Premonition 2 : A Blessing in Disguise suivra le même parcours que son prédécesseur.
D’abord l’histoire
Même si la grande majorité de l’histoire se passe en 2005, le jeu est réparti entre deux époques distinctes, en aller-retour et divisé en quatre chapitres. On commence en 2019, deux agents du FBI une jeune jolie détective du nom de Aaliyah Davis et un moins jeune nommé Simon Jones, se retrouvent dans un immeuble de Thomsonville, à Boston au Massachusetts. Ceux-ci déboulent dans l’appartement de Francis Zack Morgan, (maintenant plus âgé et très malade), Aaliyah qui enquête sur la découverte du corps de Lise Clarkson, décapitée et congelée dans un entrepôt à Le Carré, en Louisiane. Le corps disparu depuis 14 ans, est lié à une affaire qu’a résolu et classé Morgan en 2005, malgré la disparition du cadavre... Après une interrogation très serrée et bien analysée par Aaliyah, Morgan décide finalement de raconter son arrivée et séjour en ce bel été chaud et humide de 2005, aux tréfonds de la Louisiane.
Le Carré
La banlieue de cette petite ville est un peu à monde ouvert, mais... sans monde, ou presque! Ok, il y a des immeubles, des maisons, des rues, un hôtel, un bar de jazz, restaurant, ponts, marais et phases d’action du genre éliminer des écureuils voleurs et des chien-loups affamés errant, mais très loin d’un Grand Theft Auto like. D’ailleurs les autos ici sont en majorité... arrêtées, stationnées un peu partout! Seulement une voiture passe de temps en temps, de façon aléatoire (on pourrait camper en plein milieu de la rue, no problemo!) idem pour les passants, euh LE passant! Le reste des gens se contentent de rester debout, figés au sol, comme des mannequins dans une vitrine! ( c’est encore pire à l’intérieur ). Très risible de voir des gens assis dans un resto, devant leur assiette, qui ne voient pas, ne parlent pas, ne mangent pas... la vie a quitté leur corps... vide comme à l’extérieur de la ville... Quand je vous dis que je commençais à vouloir tout arrêter, c’est pas une joke!
Heureusement il y a Hidetaka Suehiro !
Réalisateur et écrivain japonais surnommé SWERY, fondateur du premier Deadly Promonition et de sa suite A Blessing in Disguise, un excellent retour en écriture et scénario, accouplé de son principal protagoniste Francis Zack Morgan alias Francis York Morgan, qui malgré les nombreux défauts visuels, demeure le meilleur point du jeu : York qui parle à son double Zach, (doublement de personnalité lié à un certain drame familial durant son enfance) dont sa qualité en énigmes policières et son utilisation du profilage criminel servant à résoudre les meurtres, a fini par lui donner la réputation de meilleur profileur du FBI. Hidetaka a gardé tout l’aspect qui a donné au soft ses lettres de noblesse, mêlant horreur et enquêtes policières Tuer des ennemis surnaturels venant des entrailles n’est pas chose commune, affublé de scènes morbides et de rencontres excentriques. Voilà tout le programme entourant ce retour aux prémonitions mortelles!
Long Chargements, pop-up, aliasing, frame rate et une première rustine (patch)!
Premier constat, impossible de passer à côté : les temps et répétitions des chargements! On parle de 15 à 60 secondes pour partir ou charger le jeu, entrer et sortir d’un immeuble. Ça a de quoi titiller votre limite de patience! Même si le jeu utilise un joli cel-shading (très joli en intérieur) c’est vraiment en extérieur que tout se gâte ! Les pop-up d’images constants, textures en effets escaliers (aliasing), baisse d’images fréquentes... C’est nettement pas le plus beau jeu sorti sur Swith à ce jour!

Pendant la finalisation de mon test, le jeu a reçu sa première rustine, petite amélioration du frame rate, correction au niveau de certains dialogues apparemment un peu déplacés... Hum ha bon? et finalement, notre ami Francis qui parlait toujours à son double Zach lors des balades en skateboard, a été ajusté en appuyant sur le joystick droit! (pour écouter à notre guise). Contribuant à enlever l’effet redondant de certains dialogues entre lui et Zach, mais bon, reste que l’entendre parler de films des années 80 rend le perso tellement attachant ! Une encyclopédie culturelle ce Francis York/Zach Morgan!
Avant de terminer
La musique du jeu, parfois à la limite redondante, reste toute même appréciable en phase des différents lieux et événements. Beaucoup d’autres éléments et aspect du jeu comme le cycle jour pour les emplettes, enquêtes et celle de la nuit qui apporte son lot d’apparitions des ombres rouges à combattre, ou à éviter en allant dormir à votre chambre d’hôtel, sans oublier de penser à manger, se faire la barbe et même éviter de se laver, si vous aimez les mouches vous allez être servi! Entre les quêtes secondaires, on peut jouer à des jeux dans le jeu, genre tirs d’OVNI, tirs de roches sur l’eau, apprendre des tricks en skateboard et même jouer au quilles!
Taxi à petit prix 
Ah oui, fatigué de vous rendre en skateboard à vos missions? Pas grave on débloque un taxi virtuel (ouais on vois juste une image de chargement... encore... et de 8 secondes!) qui peut nous emmener à destination pour un prix fixe à 2.50$ ... si si ! Sans oublier votre rencontre d’une future coéquipière (très importante dans le déroulement de l’histoire) et bien d’autres personnages qui vous feront sourciller, rire, ou même craindre! Notons qu'ils seront tous agrémentés d’un effet zoom sur visage affiché de leur nom, très cool!
Conclusion
Tout cet amalgame cité plus haut ne sert en fait qu’à vous faire comprendre que ce jeu est réellement un OVNI vidéoludique, dans tous les aspects du terme! Si j’ai adoré? Certainement! Si j’ai détesté Certainement! Mais la fin inattendue de l’histoire avec ce fabuleux Francis York/Zach Morgan, m’a complètement pris en surprise! Une grande finale pour cette courte série, en dents de scie, controversée, mais quelle belle finale! Juste pour ça, j’aurais tellement, mais tellement voulu lui accorder une meilleure note!

J’aime:
-Francis York/Zach Morgan
-L’effet cel-shading intérieur, ça c’est parfait!
-Sa nouvelle coéquipière
-La musique général et celle du clip vidéo d’entrée, à la James Bond! Très hot! (Pas celle de 007)
-Ses références aux films des années 80
-Effet cool de zoom avec nom des personnages
-Scénario principal, histoire, écriture!
-Les prémonition mortelles!
-Roulez en skateboard (quand même!)
-La finale à la tout fin, et ... wow!
-Mode Docké (légèrement mieux)

Pas aimé:
-Jouer en mains (légèrement moins)
-CHARGEMENTS!!! (exagérer)
-Graphiquement très en retard (et c’est pas la faute à la Switch !)
-Pop-up et baisse d’images
-Aliasing constant!
-Frame rate (ouais je l’ai dis, mais là, c’est en anglais!)
-Quelques saccades en tournant la caméra et en skateboard!
-Loading !!! C'est exagéré! (ouais, je me répète encore, mais là, c’est anglais)
-L’arbre rouge en fond de chargements!

Recommandation:
Un achat en vaut quand même la peine pour ceux qui connaissent déjà la franchise et qui ont aimé jouer au premier. Pour les autres, attendez d’autres mises à jour.... sinon,  attendez un gros rabais.

Note finale **

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.


**Apparemment que d’autres corrections suivront, si meilleur chargements et rendu visuel il y a, une révision de ma note suivra!

Deadly Premonition 2: A Blessing in Disguise Site officiel
Développeur : Toybox Inc
Éditeur : Rising Star Games
Plateforme : Nintendo Switch
Prix : 64,99$


Retrouvez-moi sur Twitter via @monsieur_ben
Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo!

Commentaires

  1. Tellement étrange comme jeu. Merci pour ton test complet sur cet ovni vidéoludique! Tellement de belles qualités et de grands défauts ce Deadly Premonition 2 là... Dommage. Souhaitons lui de belles mises à jour assez rapprochées question de lui sauver la vie et qui sait, avoir un jour un 3e opus! Good job cher collaborateur et ami! 🙂👌

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces bon mots mon ami!
    Ouais, ce que j’ai vu par la suite de mon test sur les FPS (frames par secondes) fait peur, même avec la rustine, (patch) il se maintient difficilement à 14-15 fps, on est loin des 30 et 60 fps observer sur d’autres jeux qui fonctionnent pourtant bien sur Switch!
    Même s’il atteindrais un 30 images secondes, le manque de vivacité ( piétons, véhicules etc) nuit cruellement à rendre le jeu plus immersif!
    Mais je continu de penser que le jeu vaut quand même la peine d’être jouer!
    Comme dit souvent Francis York Morgan, n’est-ce pas Zach!



    RépondreSupprimer

Publier un commentaire