Test / Avis : Sinless version Nintendo Switch

Par Steeve Tremblay
D'abord lancé sur PC en 2015 puis sur appareils mobiles, le jeu de type ''point & click'' Sinless fait maintenant le grand saut vers la console de Nintendo. Tirant parti de l'écran tactile de la Switch, cette aventure futuriste demande au joueur de cliquer sur les bons éléments et points d'interactions pour avancer. Bon, le jeu est également jouable à la manette, pour ceux qui veulent s'y attaquer en mode docké. Ai-je apprécié mon expérience avec Sinless? Voici mon avis!
Un délicieux clin d'oeil à Half Life
Histoire
Oui, Sinless est un jeu de type ''point & click'' mais son scénario nous est présenté un peu à la manière d'un ''visual novel''. Nous voilà donc dans une ville du futur, contrôlée par les gens de Omni-Care. La criminalité frôle le zéro %, les citoyens ont des implants cybernétiques, l'horaire de nos journées est organisé à l'avance, rien ne laisse place à l'imagination, rien ne laisse place à la liberté. Jusqu'au jour où la vie décide que cette nouvelle journée qui débute ne sera pas comme les autres...
                       
Fonctionnement
La Switch en mains (en mode portable) je plonge dans l'aventure proposée par Sinless. Dès les premières minutes, je constate qu'il y a quelque chose qui cloche dans la vie de notre héros. Des hallucinations? Des voix? De toute évidence, ça ne va pas pour lui. Mais vous avancez dans votre journée d'un futur cyberpunk et essayez de comprendre le fonctionnement du jeu. Premier constat : il faut fouiller partout! Rappelons qu'il s'agit ici d'un ''point 'n click'', donc il faut cliquer sur tous les onglets possibles. Ceux-ci mèneront à des conversations, des demandes, des phrases vous disant : ''Où est votre carte d'accès pour le transport? La boutique est fermée, revenez plus tard! Avez-vous votre laissez-passer A-38?'' Même qu'à ma première partie, je suis sorti dans la rue, un agent du Omni-Care est passé me disant que je n'avais pas l'autorisation d'aller dans la rue, m'offrant en guise de pénalité un bel écran de GAME OVER. Le jeu reprend alors rapidement au dernier point de sauvegarde.
Il faut donc fouiller minutieusement en tapotant de son gros doigt l'écran de la Switch, où en déplaçant plus ou moins maladroitement, le stick gauche de sa console sur la télé, tout en appuyant sur le bouton ''A'' pour interagir avec les onglets, objets, indices, personnages, etc. Ça se fait bien, autant manette en mains, qu'en mode portable sur écran tactile. Du beau boulot de ce côté. Par contre, oubliez l'idée d'y plonger si vous êtes victime du ''Joy-Con drift'', parce que c'est injouable...
Graphismes et son
J'aime sa direction artistique, la richesse des environnements, le soucis du détail et la présence de nombreux clins-d'oeil à l'époque des années 80. On ressent parfaitement bien l'ambiance cyberpunk recherchée. Je me souviens encore de mon premier passage à la salle d'arcade du jeu, avec ses nombreuses bornes ici et là (non, on ne joue pas sur les machines). L'éclairage varie également selon le déplacement de l'image fixe à l'écran. Je m'explique : si on déplace avec notre doigt l'image vers la gauche afin de voir ce qui se passe à droite de l'écran (par exemple sur le balcon d'un édifice), l'éclairage sera différent sur notre image, ébloui par le soleil, éclairé par un néon qu'on aurait manquer si on avait pas toucher notre écran, si on ne s'était pas ''déplacer'' dans notre image. Vous comprenez? Cela ajoute un peu de vie et d'immersion à ce type de jeu ''point 'n click''. C'est ce qu'on appelle l'effet parallaxe.
Soulignons également la présence de mini jeux de différents types. Jeu de type ''beat'em all'', de tir ou de saut, pour ne nommer que ceux là. La direction artistique passe alors du ''réaliste'' cyberpunk vert et mauve et gris et néon, à un look très dessin animé. On est toujours heureux de débloquer un nouveau mini jeu accessible en tout temps dans notre appareil mobile (celui de notre personnage dans le jeu, lieu où toutes les infos se retrouvent (tout le jeu est en anglais) du genre contacts, missions, etc). Malheureusement, la prise en main de ces jeux est toujours déficiente, imprécise et procurant étonnamment peu de plaisir. Vraiment dommage. On se retrouve donc à essayer ces petits jeux à quelques reprises par curiosité, puis à revenir rapidement dans la progression de Sinless.
Un mini jeu que l'on retrouve dans Sinless
Côté sonore, les musiques sont plutôt de bonne qualité et vont bien avec l'ambiance cyberpunk du jeu. Précisons qu'elles sont du talentueux Roland Redwood, duquel vous pouvez découvrir les talents sur sa page SoundCloud. Jouez y au casque, idéalement.
Conclusion
Le jeu se bouclant en à peine trois heures, vaut mieux viser l'achat à rabais. Est-ce que je recommande l'achat de Sinless? Hum... difficile à dire. Ce n'est pas un mauvais, ni un grand jeu. Au moment où j'ai commencé à m'attacher à celui-ci, l'aventure s'est bouclée. L'univers cyberpunk est plutôt réussi, mais j'ai vu beaucoup mieux dans d'autres aventures vidéoludiques. Bien qu'adapté de belle façon pour la manette, le plaisir est beaucoup plus présent lorsque joué la Switch en mains, faisant usage de l'écran tactile. Je miserais donc sur l'achat mobile, à 2,79$ au lieu de la version console. Mais bon, encore une fois, si le jeu vient à rabais et que l'envie vous prend de plonger dans l'aventure Sinless sur console, pourquoi pas. 
J'aime:
-Direction artistique
-Ambiance efficace
-Bons clins-d'oeil à différents jeux, sujets et univers
-Histoire intéressante
J'aime moins:
-Les quelques mini jeux sont ennuyants
-Beaucoup de lecture et tout en anglais
-Très court
-Trop cher
-Rythme très lent
-Rendu visuel capable du bien, comme du pire
-Où cliquer? Où aller? Pas toujours évident à trouver...
Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.

Sinless Site officiel
Développeur : MGP Studios
Plateformes : PC , mobile et Switch
Prix : 11,99$ eShop (actuellement à 10,79$)

*Suivez les réseaux sociaux du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour toute l'actualité quotidienne dans le merveilleux monde du jeu vidéo :
Mon Twitter personnel @LeTusken / Courriel monsieursmithgaming@gmail.com
Les tests précédents

Commentaires

  1. C’est certain qu’à 11.99$ , avec sa courte durée et défauts mentionner, ça donne plus envie de pas pointer et cliquer sur ma liste de souhaits!
    Très bon test d’écriture, mon cher polyvalent!
    D’homme à tout faire! De touche à tout ! Avec des Flèches plein son arc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lollll Merci vieux! 😉 Chose certaine, je pointerais et cliquerais davantage sur la version mobile que la version console!

      Supprimer

Publier un commentaire