L'avis de Monsieur Smith sur le jeu Omen Exitio: Plague

L'équipe de Tiny Bull Studios, développeur indépendant italien, vous invite à plonger dans la sombre aventure narrative de Omen Exitio: Plague. Une expérience vidéoludique hors du commun (dont le projet a passé par la plateforme Kickstarter en 2016), une expérience rappelant les livres ''dont vous êtes le héros'' des années 80-90 et... l'univers si particulier de H.P. Lovecraft. Ici, pas de gros gameplay qui fait pif-paf-pif, mais plutôt de la lecture interactive. Qu'ai-je pensé de ce jeu et son intriguant récit? Voici mon avis.
Omen ''Présage'' Exitio ''Sortie'' Plague ''Peste''
Vous y campez le rôle du Docteur Jake Huntington, désormais dans l'armée pour fuir un triste événement, soit la perte de sa femme. Nous sommes en 1896 au Zanzibar, alors qu'un mystérieux mal rôde dans les alentours, éliminant des centaines de personnes, menaçant l'extinction complète de l'humanité. Un poison, un virus, une ancienne malédiction?
                       
Fonctionnement
Là, c'est très simple. Toute l'action du jeu consiste à lire un livre et ses nombreuses pages, quelque-chose ressemblant à un journal de bord, un recueil d'informations, une description de tout ce qui se passe minute par minute dans le quotidien de Jake, ou la lecture de son journal intime. Ouais, on peut dire ça comme ça. Le visuel est très sommaire, consistant simplement à un look ''vieux livre du 19e siècle'' avec des pages brunâtres.
On lit ce qui se passe dans la page de gauche (attaque d'un ennemi, réflexion, mystère, discussion, etc), appuyé par une image sur la page de droite. Soulignons la beauté des illustrations (toutes en noir et blanc) de la page de droite (ou plutôt noir et brun), souvent très jolies, stylisées, rappelant le dessin au fusain. Aucune animation visuelle, que des illustrations fixes. Notre journal de bord (par où passe tout le gameplay du jeu) a différentes sections, une servant entre autres à découvrir ses améliorations de personnage (combat, observation, médecine, agilité, discours), l'autre à lire ses différentes notes automatiquement conservées au fil de notre progression. Donc, autant le dire tout de suite, très peu d'interactions dans Omen Exitio: Plague... Si ce n'est le choix d'améliorer une aptitude avant une autre, selon ses points d'expériences cumulés, ou naviguer dans ses notes (mais peu d'utilité dans un cas comme dans l'autre).
Le ''vrai'' gros du gameplay passe par les décisions que nous devons prendre. Un personnage pose une question à Jake, trois choix de réponses. Un ennemi fonce sur nous, quatre choix de réponses du genre ''bondir, le frapper, se cacher, tirer avec son arme''. Mais tout se passe par l'écrit, selon le scénario ou les événements en cours. On ne peut pas choisir de tirer sur tout se qui bouge, des choix de réponses nous sont proposées. Tel que mentionné en introduction, rappelez-vous les livres ''dont vous êtes le héros'' où une décision vous mènera à un endroit ou à un autre. Nos choix ont-ils un véritable impact? Oui, par le biais de la mention ''Succès'' ou ''Échec''. Ces résultats seront cumulés dans vos notes, modifiant le cours de l'histoire et la fin. Étais-je sur le bout de mon siège lorsque venait le moment de choisir entre une réponse ou une autre? Non, jamais... mais il y a tout de même eu quelques décisions plus cruciales dans la dernière heure du jeu.
Le jeu fonctionne autant avec les boutons de la Switch que l'écran tactile. Ma position idéale pour jouer était avec un Joycon dans chaque main, jouant avec le sentiment de regarder une diapositive. Plutôt agréable comme façon de jouer.
Ambiance sonore
Côté musicale, celle-ci vient simplement appuyer de belle façon la situation en cours, lesquelles sont principalement à saveur sombre et lugubre. Quoique l'on remarque certains passages (je pense à Londres par exemple) où la musique n'apporte rien du tout à l'action en cours, voire qu'elle est hors contexte. Mais généralement, la musique est à propos. Du côté des effets sonores, ceux-ci viennent (comme pour la bande-originale) appuyer la situation en cours. Gouttes d'eau, tir d'une carabine, foule en colère, bruit de pas, vagues de la mer, tout y est pour nous mettre bien dans l'ambiance. Mais précisons que ceux-ci sont très sommaires, ne sont pas présent à chacune des scènes et ne durent jamais longtemps. Un petit bruit ici et là pour appuyer pendant 3 secondes et une musique de fond pour nous mettre dans l'ambiance. C'est correct, quoique j'aurais pris encore davantage d'effets sonores.
Durée de vie
L'aventure se boucle en cinq heures, selon votre vitesse de lecture. Précisons (chose très importante) que la lecture se déroule entièrement en anglais ou... en italien. On appréciera le niveau d'écriture de grande qualité. L'histoire est particulièrement intéressante à voir évoluer et la compréhension du texte est correcte. Bien entendu, un bon niveau de lecture en anglais est nécessaire pour bien comprendre les tenants et aboutissants du scénario. Personnellement, tout a bien été et j'ai dévoré l'histoire comme on savoure un bon livre bourré d'intrigue, un bon thriller psychologique.
Évidemment, j'aurais préféré lire le tout en français, mais bon, ''jouer'' Omen Exitio: Plague est idéal pour pratiquer son anglais. L'histoire est pleine de rebondissements, nous fait réfléchir par son aspect psychologique et s'avère par moment malsaine, voire dérangeante. C'est vraiment une histoire de fou! (dans le bon sens). De toute évidence, il y a de nombreuses fins différentes, puisque j'ai eu de nombreux ''échecs'' au lieu de ''succès'' dans les décisions que j'ai prise. Il faudra donc rejouer pour en découvrir toutes les fins, mais bon, de lire un même livre 2-3 fois, pas convaincu. Précisons que l'histoire est bonne, mais n'est pas non plus un ''best seller'' du plus grand auteur au monde qui gagnera un prix littéraire.
Conclusion
Elles sont rares ces fois où j'ai joué un jeu de la sorte, ou devrais-je plutôt dire, que je vivais une telle expérience vidéoludique. Lire une aventure interactive, un roman interactif sur Switch est une bonne idée, quoique j'aurais aimé davantage d'interaction à travers ma partie. Bon, vous pouvez toujours vous acheter un livre à la librairie et vous aurez le même résultat, soit celui d'avoir lu une bonne histoire intéressante. Mais d'appuyer sa lecture avec de l'interactivité est fort agréable et vient dynamiser le tout. Bref, une belle expérience, mais qui ne s'adresse pas à tout le monde.

J'aime:
-Histoire intéressante à suivre
-Belles illustrations
-Jouable en mode tactile
-Fun à jouer avec les Joycon détachés
-Expérience fort originale
-Scénario immersif, qu'on ne veut pas lâcher
J'aime moins:
-Trop peu d'interactions vidéoludiques
-J'aimerais davantage d'effets sonores
-Tout en anglais (pas de version française)
-Un peu court
Note finale

*La copie du jeu utilisée pour cette critique provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des tests du Salon de Gaming de Monsieur Smith.

Omen Exitio: Plague Site officiel
Développeur : Tiny Bull Studios
Éditeur : Forever Entertainment
Plateformes : PCSwitch (ce test)
Prix : 12,59$

Twitter , Facebook , Twitch , YouTube du Salon de Gaming de Monsieur Smith
Me joindre sur Twitter @LeTusken / Courriel monsieursmithgaming@gmail.com
Nos tests précédents : Par ici

Commentaires

  1. Je me lève ,et comme tout les matins
    Je me dirige à la chambre de bain...
    Ensuite je prépare un bon café...
    J’ouvre la porte d’entrée , l’air est frais ,Le Soleil se lève tranquillement.
    Pas encore de bruits des autos mais les cris des oiseaux ...
    Et ça me rappelle finalement,
    Que la nature vie là... juste à côté de ma maison...
    Je referme la porte, café en main je me dirige vers la cuisine,
    Et là sur la table repose ma tablette électronique...
    Je l’ouvre et j’aperçois un message d’un ami , chroniqueur ,blogueur et testeur
    Qui me demande quels sont mes 5 plus grands regrets d’achat de jeux vidéos
    Hum 🤔


    1-Oui des regrets surtout numériques et les voici:
    2-Non pas de regrets je fais toujours des choix éclairés!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me lève, le soleil brille, je récupère mon téléphone laissé là, sur la table de chevet. Réflexe matinal habituel, je visite le blogue du Salon de Gaming de Monsieur Smith et constate avec bonheur qu'un lecteur, en l'occurence Monsieur Ben, a commenté mon test du jeu narratif Omen Exitio Plague. Dans une hâte non dissimulée, je clic avec mes gros pouces maladroits et livre une réponse à ce cher Monsieur Ben. Tout en me disant que je suis chanceux d'avoir ses impressions à chaud, sous mes publications quotidiennes. Ah oui, et le remercie pour sa fidélité et sa passion contagieuse. Je clic sur "publier" et va récupérer un café concocté de main de maître, par ma douce moitié. 😊

      Supprimer
  2. Merci à toi aussi de me répondre illico, j’en suis autant reconnaissant!
    Les bons commentaires sont des petits plaisirs les plus durables,
    Les paroles passent mais.... les écrits restent!
    Garant de nos souvenirs!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire