TEST - The Eternal Cylinder sur Xbox Series X

Pour survivre, il faut s'adapter à l'environnement et évoluer. Sinon, le gros cylindre implacable de la vie va vous écrabouiller.


Par Steeve Tremblay
Oh la la! En voilà de l'originalité! The Eternal Cylinder lancé il y a un peu plus d'un an, arrivait récemment sur consoles de nouvelle génération. Rendu visuel rehaussé, fluidité améliorée, 4K à 60fps sur Xbox Series X et PS5 (rehaussé aussi sur PC), du raytracing en 1080p et plus! Bref, les mutants de l'aventure complètement déjantée de The Eternal Cylinder ont mis leurs plus beaux atouts pour vous plaire. Mais est-ce qu'il m'a plu, à moi, ce fameux jeu? Voici mon avis.


Première info à savoir : si vous possédez déjà le jeu sur Xbox One ou PS4, la mise à jour ''nextgen'' est gratuite. Ceci étant dit, Good Shepherd et ACE Team ont travaillé dur pour nous offrir une version anniversaire (c'est comme ça qu'elle s'appelle) en nous arrivant avec tous les aspects techniques mentionnés en introduction, mais aussi avec ces éléments précis : 

« Nouvelles créatures à découvrir : Deux nouveaux êtres parcourent le monde - approchez à vos risques et périls !
  • Le Buddugh Gropp est un herbivore très agressif trouvé dans le biome de la toundra.
  • Le Gharukuk est un grand omnivore tripode situé dans le désert.
Nouvelle mutation : Votre Trebhum a développé une nouvelle mutation épicée qui lui permet de tirer des jets de feu depuis sa trompe, une puissante défense contre les prédateurs, en particulier ceux à fourrure ! »


L'histoire maintenant

Vous êtes un Trebhum, petit être bipède issu d'un oeuf au beau milieu d'une planète menacée par un rouleau géant, ou plutôt, un ''cylindre éternel'' (d'où le titre, vous l'aurez compris). Tout au long de cette aventure particulièrement fascinante et terrifiante, vous serez appelé à évoluer afin d'échapper à ce gros cylindre menaçant.


Le jeu nous est raconté tout au long de notre progression par un narrateur, un peu comme dans Biomutant. Ce dernier nous permet (de belle façon) d'en apprendre davantage sur cette étrange planète et ces dizaines de créatures saugrenues. De la plus petite, à celle haute comme trois édifices, à la très grosse avec 6 pattes, ou celle qui vole avec des ailes et qui crache du poison. La vie est dure sur cette planète extra-terrestre et vous l'apprendrez très vite. Heureusement, le jeu sauvegarde automatiquement à certains moments (il ne s'agit pas d'un roguelite et j'en suis très heureux). 


Vous n'êtes pas seul

Afin de progresser, il faut également sauver d'autres Trebhum qui peuvent vous aider dans votre quête. Ils vont attaquer, évoluer, amasser quelques ressources, permettre d'accéder à des portes spéciales, enclencher des mécanismes (qui exigent plus d'une créature), et plus. Puisque celles-ci peuvent mourir, il faut s'attendre à devoir sauver d'autres Trebhum et éviter les grands méchants (et le cylindre). 


Nos évolutions seront diverses et variées, permettront de développer vos Trebhum de différentes façons (précisons qu'il ne s'agit pas d'un jeu de gestion, aucunement), mais vous aurez à faire évoluer vos créatures afin qu'elles puissent s'adapter à l'environnement. Bondir plus haut, nager, rouler, briller, avoir des formes étranges, des cheveux avec des pics, etc. Les évolutions sont légions et c'est toujours excitant de découvrir qu'elle sera l'évolution qui naîtra de la consommation d'un aliment précis. 

Car oui, l'évolution ou la transformation d'un Trebhum passe par la consommation d'aliments ou d'objets bizarres qu'on se demande un peu c'est quoi. On ramasse donc les aliments, l'eau ou objets de lancé avec notre trompe qu'on actionne avec la gâchette gauche, qu'on recrache (au besoin) avec la gâchette droite, puis qu'on avale avec B. Ça, c'est la base des contrôles. Mais bon, puisqu'on parle ici de constante évolution, les touches et leur utilité seront appelé eux aussi à évoluer. 


Graphismes

Le jeu est beau, pas fantastiquement beau, mais très beau et surtout très fluide. Le 60fps constant se ressent et le tout bouge magnifiquement bien à l'écran. Et que dire de cet immense cylindre au loin qui avance lourdement vers vous, aussi large que la planète entière, qui ne peut être freiné que par d'immenses tours. C'est fort impressionnant. 

Petite précision, vous explorez à votre guise la zone devant vous, puis lorsque vous décidez d'aller un peu plus loin (en dehors d'un secteur précis), le cylindre explose la tour où il était appuyé (et retenu) puis se remet en marche. Il faut donc choisir le moment d'avancer et de déclencher le fameux rouleau. Bref, visuellement c'est magnifique et la direction artistique est fascinante. Par contre, la caméra est quelque peu capricieuse dans les environnements fermés.


Son et musique

L'ambiance sonore générale est agréable et immersive. Les petits cris de nos Trebhum et les petits sons qu'ils font, c'est vraiment trop mignon! Les monstres que nous allons rencontrer, les étranges créatures, tout l'enrobage sonore nous donne l'impression d'être sur une planète bien vivante, auparavant pleine de quiétude, mais désormais en proie à un destin funeste. Triste, mais en même temps fascinant. D'ailleurs, l'ambiance sonore et musicale qui se dégage lors de l'avancée du cylindre, est vraiment réussi. À un point tel qu'on a le goût de tourner la caméra pour admirer le rouleau qui devient de plus en plus rouge à force d'avancer et d'aplanir tout sur son passage : arbres, montagnes, rochers, habitations et... créatures. 


Conclusion

Prévoyez environ une douzaine d'heures pour venir à bout de The Eternal Cylinder. Un jeu différent, qui nous fait changer d'air et qui nous plonge dans un univers complètement original. J'ai bien aimé, même si ce n'est pas le jeu le plus passionnant à jouer ni le plus addictif (j'adore quand un jeu m'accroche au point que j'ai de la misère à lâcher la manette, ce qui n'est pas le cas avec The Eternal Cylinder) mais j'ai quand même eu bien du plaisir.

J'aime
  • Belle fluidité qui apporte un beau confort de jeu
  • Originalité des évolutions physiques
  • La mise en scène du fameux cylindre géant lorsqu'il se remet en marche
  • Fun de découvrir l'univers ce jeu et ce qu'il y aura dans la prochaine zone
  • Son petit prix pour une si grande et riche expérience
J'aime moins
  • Joli, mais pas ''wow'' non plus
  • Caméra capricieuse en intérieur
  • Être submergé de créatures ennemies et mourir rapidement sans trop avoir compris ce qui vient d'arriver
  • Rester coincé dans un coin de l'environnement, entre une roche et un ravin (c'est un monde ouvert par section, mais selon le chemin qu'on passe on peu rester coincé).

Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.  

The Eternal Cylinder Site officiel
Développeur : ACE Team
Plateformes : Xbox Series X|S (ce test), PS5, PC, PS4, Xbox One
Prix : 23,88$


Abonnez-vous aux différents réseaux sociaux du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo! 

Commentaires