TEST - Haven sur Nintendo Switch

Que reste-t-il de nos amours...

Par Monsieur Ben
Un paysage si bien caché, un souvenir de jeunesse
Parfois certains mots d’une chanson nous reviennent comme ça, sans qu’on sache pourquoi… mais ici ces mots m’ont littéralement surgit de la tête durant la découverte du jeu Haven. Un périple au cœur d’une planète nommée « Source » en compagnie d’un jeune et joli couple Yu et Kay? Assurément qu'ils ont contribué à me donner cet état d’esprit (rien sur mon passé évidemment), puisque nous nous trouvons à cent milles lieux de notre bonne vieille Terre et même pas à côté d’une galaxie près de chez nous!


L’écritures et dialogues entre les deux amoureux, sert d’entonnoir, de fil conducteur, d'un contexte très stimulant qui donne vraiment envie de poursuivre l’aventure! Ajoutons le coté direction artistique et son rendu visuel coloré, la fluidité et jouabilité des personnages qui procurent un effet de plaisir assuré! Un plaisir malheureusement, entaché par des irritants (desquels je reviendrai).

The Game Bakers

Principal développeur français créé en 2010 par Audrey Leprince et Emeric Thoa à Montpellier, en France. Ils en sont à leur troisième édition de jeu sur Switch dont l’excellent Furi (combat de duels très impressionnant!) et Squids (jeu de rôle avec des calamars contre des crabes et crevettes!).


La ballade de Yu & Kay

L’histoire se déroule à des années lumières de notre petite planète bleu, dans une galaxie très lointaine aux confins de l’univers sur une planète nommée Source. Un jeune couple vient d'y atterrir, Kay (le botaniste) et Yu (la scientifique), à bord de leur astronef sur Guyame, un des îlots flottants de Source.

Pendant l’exploration des lieux, un fâcheux événement endommagea leur Nid (l'astronef) et réalisèrent rapidement la nécessité de le réparer. Car si la planète semble au premier coup d’œil hospitalière, certains faits marquant et rencontres le sont beaucoup moins!


Rapidement on apprendra que nos deux tourtereaux ne sont pas là par hasard. Ils ont quitté leur propre planète pour vivre leur liberté, mais sont devenu par conséquent des fugitifs recherchés par une société appelée Rucher! Un « Loft Story » intergalactique parsemé de remises en questions, de discussions teintées d’humour, et même parfois d’altercations! L’accompagnement de nos deux protagonistes, est emmener de façon très intimiste, avec des mots non-censurés! De l’érotisme juste correct, mais peut-être pas pour tous!


Elle glisse, elle glisse la Maladiiiiie d’Amoooour!

Ouais, un autre emprunt d’une chanson, seulement ici l’amour ne cours pas elle glisse... Grâce à des souliers anti-gravité, pas besoin de marcher, ni même de courir! On flotte à même le sol! Très pratique pour se laisser porter cheveux aux vents! De ce côté, la fluidité des mouvements des personnages est vraiment remarquable , flippant à souhait, d’ailleurs un des aspects les plus réussis!


L’onde bleu, principal élément qu’on retrouvera un peu partout, servira de combustible, de purification et de fil conducteur pour certains points qui semblent inaccessibles. Une fois la technique bien assimilée, suivre une onde bleue permettra d’atteindre plus facilement les hauteurs et le plus important trouver et alimenter les Arcs qui relient les îlots entre eux.

L’onde bleue servira aussi à éliminer (nettoyer) la plupart des îlots envahies par une sorte de rouille! Des mini marrées rouge émanant de pierres brutes et fines, qui seront récoltables une fois libérées de leur rouille… Elle seront très utiles pour la fabrication d’objets à utiliser pendant les combats.


Récolter les ressources (plus tard jardiner) permettra la création de repas et de pilules d’énergie à apporter pour l’exploration … Lorsqu'on a finalement accès à la carte, on peux appâter une espèce de grosse baleine ailée, (genre de taxi volant) qui sera très utile pour revenir au dernier lieu visiter.


Du jeu de rôle sur un fond romantique !

Toute la faune de Source est sous le joug de la rouille et en la combattant, on doit la pacifier afin de libérer la faune de son emprise! Sauf évidemment, certains visiteurs qu’il faudra vraiment éliminer…

L’aspect combat mise beaucoup sur le travail en équipe!

Il est possible d’y jouer à deux et je me dit que d'y jouer avec sa partenaire, sa blonde, son amie, change sûrement la symbiose. La musique très techno épouse vraiment l’ambiance de nos aller-retours, combats, explorations et glissades….. Il n'y a pas de montée de niveau, seulement des améliorations en capacités d’énergie, de combats et santé! Tout cela en trinquant! Si!si!

Extrait vidéo via Guerrilla Collective
Haaaa! Le romantisme!

Les points d’expériences sont remplacés par une barre affective! Discuter, cuisiner, dormir, explorer, créer de nouveaux items, plein d’interactions viendront remplir la barre affective et vous faire trinquer! (C’est là qu’il faut s’assurer que les petits dorment).


Avant de conclure

Faire de l’exploration et du nettoyage de la rouille demande beaucoup d’énergie, nos personnages ont souvent l’estomac vide! Même trop souvent! Je dirais même exagérément souvent! Donc beaucoup d’aller-retours pour se nourrir! Par chance, certains îlot ont un camp pour cuisiner et se reposer...

Mais les plus gros irritants (pendant durant toute la durée du jeu) j’ai vraiment eu des moments de rage et d’impatience! Ça été les sorties d’écran incessantes à faire perdre patience, Saint Patient ! J’en ai calculé une bonne quarantaine! En changeant d’îlot (le jeu sauvegarde ensuite, puis fait le chargement de la nouvelle zone et... crash). Y a pas loin de 50 îlots à débloquer donc beaucoup de possibilités de crash!!! Mon dernier est arrivé à la toute fin du jeu!


Autre chose, une grosse irrégularité! Pendant les combats on peut être enchainé, sauf que si notre partenaire tombe au combat, on a plus personne pour nous libérer. Bizarrement, l’ennemi arrête d’attaquer, on reste là pantois, incapable de se dégagé… Donnant comme résultat que c’est nous même cette fois, qui devons volontairement quitter le jeu (revenir au menu). Ces irritants ont presque fini par me faire à haïr le jeu, une chance que mon affection pour Kay et Yu demeurait intacts! L’amour est plus fort que tout!

J'aime
-Kay et Yu
-L’histoire, l’écriture, les dialogues
-L’effet artistique et enveloppant des couleurs chatoyantes!
-le Nid, et tout ce qui se passent dedans!
-L’effet de glisse (de flottement au poil!)
-La musique techno!
-Nettoyer les îlots de la rouille!
-Combats pour pacifier la faune! (Après on peut les nourrir et même les chatouiller!)
-Une finale étonnante!
-Bonne durée (25 à 35 heures)

J'aime moins
-On passe notre temps à manger!
-Les plantages à répétition (en espérant des correctifs bientôt!)
-Obliger de revenir encore au menu pour nous libérer!
-Quelques îlots vraiment trop petits!
-Durée allongée par les sorties incessantes
-Chargement entre les îlots entre 10 et 20 secondes! (Avec presque 50 à débloquer, ça fait beaucoup de chargements!)
-Peut devenir ennuyeux pour certains

Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.  

Développé et édité par The Game Bakers
Plateformes : Switch (ce test), PS4, PS5, Xbox (Game Pass), PC
Prix : 33,24$

Me joindre sur Twitter via @monsieur_ben
Abonnez-vous aux différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo! 

Commentaires

  1. Bon test et bon texte cher collaborateur! Bravo pour ta persévérance (avec tous ces soucis de plantage et bogues). Souhaitons lui (à Haven) une mise à jour qui viendra corriger tout cela sur Switch, puisque le jeu me semble tellement beau, son univers si riche, original, et son aventure passionnante à voir évoluer.

    RépondreSupprimer
  2. Oui Monsieur!
    Vraiment un coup de cœur, sans les fichus bugs, j’aurais facilement donner un 8.5...
    En passant oublié de préciser qu’il est en français écrit et parler Anglais...
    Switch en mains c’est nickel, aussi le fun que sur grand écran!
    Merci pour ces bons mots cher ami!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire