TEST - Aground (Switch, PS4, Xbox One)

Aground est un jeu surprenant et ultra généreux en contenu pour le joueur qui voudra y investir du temps.

Par Steeve Tremblay
Disponible depuis l'an passé sur PC, le jeu de rôle type « prospection / construction » Aground est enfin accessible sur consoles. Ayant eu l'occasion de plonger à fond dans sa version Nintendo Switch, je peux finalement vous donner mon avis de cette création Fancy Fish Games. 

Histoire

Vous faites partie des derniers survivants de l'humanité et l'atteinte de l'espace, est votre ultime quête, votre destinée. Mais la vie terrestre a bien changée... Il n'est pas rare que notre personnage dans son univers 2D croise ici et là, moulte créatures assassines, sorciers et dragons! Comment fait-on pour rejoindre l'espace lorsqu'on a rien de rien dans la vie et qu'on se retrouve seul sur une île déserte? On explore, on creuse et on bâtit! 


Fonctionnement

Aground est un jeu d'exploration et survie en 8-bits (voire un peu plus), où la gestion de l'énergie et la santé par le biais de jolies jauges vertes et rouges, deviendront rapidement votre obsession. Le jeu n'est pas siiiiii difficile que cela, mais demande un investissement considérable en temps. D'ailleurs, sans aucun détour, je recommande grandement d'y jouer sur Nintendo Switch, puisque l'aspect portable de cette console hybride est un « must » pour ce type de jeu très chronophage. 

Vous y passerez du temps dans Aground pour bien développer votre campement, votre forge, votre ferme porcine et ses commerces. En fait, plus vous avancerez dans ce jeu, plus les créations et installations seront complexes. Prévoyez donc un peu plus d'une cinquantaine heures pour venir à bout de Aground.

Image version Switch

L'aspect création du jeu est très « dirigé ». Ici, pas de liberté totale « à la Minecraft » où on peut laisser libre court à son imagination. Donc, pas de tour Eiffel, de Château Frontenac ou de Château de Dark Vador sur Mustafar. Dans Aground, les créations sont basées sur des plans précis qu'on pourra débloquer au fil de notre progression. 

Donnez moi une pierre et j'en ferai une table avec 4 chaises

À l'obtention d'un plan, on découvre par exemple qu'il faut 20 Bois et 20 Charbon pour construire une Cuisine, pour créer un piège dans son Établi, il faut 1 Bois et 1 Minerais de Fer. Bien entendu, les plans vont se complexifier au fil de notre progression... du genre 9 Bois, 9 Lingot d'Acier, 9 Tissu et 9 Filet pour créer un Bateau. Mais, ce n'est là que la pointe de l'iceberg! Rappelons que pour venir à bout de l'aventure et toutes les nombreuses surprises que propose Aground (il y en a plusieurs et j'aime qu'on me surprenne dans les jeux vidéo de ce genre), il faudra y jouer plus de 50h. Inutile de préciser qu'il s'agit ici d'un excellent rapport quantité-prix! 18,99$ pour plus de 50h de jeu, voire 60h, 70h et plus!

Image version Switch

Un sauveur qui ne manque pas de boulot

Du côté de la prise en main, le tout est bien intégré à la manette. L'écran tactile n'étant pas pris en charge par le jeu (dommage), Aground propose tout de même des « touches de raccourcis » que l'on peut ajuster à sa guise. Du genre, manger une Tarte aux Baies pour reprendre immédiatement 40 points d'énergie en inclinant le stick droit vers le bas, manger instantanément un Steak saignant qu'on a fait cuire dans notre Cuisine en inclinant le stick droit vers le haut, etc. 

Pour le reste, on dirige notre sauveur de l'humanité avec le stick gauche, pour aller où bon nous semble en creusant dans le sol avec notre pic, couper des arbres avec notre hache d'acier ou chasser les sangliers à l'arc (pour en faire des Steaks). Les quêtes sont très nombreuses, mais heureusement, nous arrivent à petites doses ; une chose que j'ai bien apprécié puisqu'on peut rapidement s'y sentir submerger par l'ampleur des tâches en cours.

Image version Switch

Pousse, pousse, pousse, les bons gros léguuuumes

Plus notre village 2D se développera, plus de villageois y travaillerons et mettront la main à la pâte pour récolter matériaux, minerais, fruits, légumes, céréales et autres produits de l'agriculture. Vous pourrez même éventuellement pêcher et voler à dos de dragon dans Aground, mais bon, cela ne se produit pas dans les premières heures de jeu. Rappelons que la progression dans Aground est plutôt lente, mais il n'y a pas que la progression qui est lente. Le système de combat l'est aussi, puisqu'il est tout sauf rapide et étrangement imprécis. Il faut presque prévoir à l'avance  d'une seconde, les coups d'épée que nous allons assener, les flèches que l'on va lancer avec son arc. C'est plutôt frustrant.

Un aspect que j'aime bien dans ce jeu est l'intégration d'une certaine « boussole » donnant la direction à prendre pour compléter notre quête. Qui nous a donné la mission? Que m'a dit le Chasseur ou l'Alchimiste? Où est passé ce Maçon? Suffit de cliquer sur la quête en question dans l'onglet des quêtes pour qu'une petite flèche toute timide et non envahissante, surgisse en haut à droite de l'écran.

Image version PC

Mon sac à dos est plein

Aground propose agréable un système de niveau et d'amélioration du personnage, où on peut améliorer une bonne douzaine de points. Le plus important des points à améliorer m'a semblé être celui du poids que l'on peut transporter. Même si le sac à dos vient aider notre élu et que la construction de systèmes de wagons sur rails vient alléger notre tâche, le surpoids de notre inventaire devient très vite un irritant. Un onglet dans les options du jeu permet aussi d'alléger cet aspect précis de Aground. Les développeurs sont de toute évidence, bien au courant que cela peut s'avérer frustrant pour certains types de joueurs.

Soulignons aussi bien d'autres options de confort de jeu, de niveaux de difficulté, sans oublier la possibilité de le jouer en français. Par contre, l'écrit dans la langue de Molière a de nombreux ratés puisque plusieurs phrases anglaises se retrouvent insérées au travers les phrases françaises, même que certains menus sont en anglais et d'autres en français. Étrange...

L'art de manier le pixel 

Le style visuel minimaliste 8-bits, mais proposant une certaine « chaleur » dans ses teintes, rend le jeu fort attachant. Sans oublier qu'il propose de belles animations toutes mignonnes, même lorsque vient le moment d'affronter un ignoble troll des montagnes. Mêmes nos armes et armures (qui s'usent avec le temps) sont de belle facture, idem pour les animations des bâtiments lorsqu'ils sont en fonction (le feu de la cuisine, la vapeur de la forge, etc). Du beau boulot! Soulignons également les cinématiques animées du genre « BD interactives » qui sont très chouettes!

Image version Switch

Musique d'ambiance

L'enveloppe musicale se veut surtout accompagnatrice de l'action. De nuit (où les créatures sont plus féroces et dangereuses), la musique est plus typée action, mystérieuse, tandis que dans la journée (oui, il y a un rapide cycle jour/nuit) la musique est plus joyeuse et relaxante. Vous en avez assez de jouer pendant la nuit (celle du jeu pas la vôtre dans la vraie vie) et votre personnage semble épuisé? Couchez votre héros dans son abri et sa jauge d'énergie sera pleine à nouveau, votre partie sauvegardée et le soleil poindra par delà les montagnes.

Conclusion

Aground est un bon jeu ultra généreux en contenu. Je crois même qu'il nécessite un certain courage pour y plonger à fond pendant des dizaines d'heures. Si vous souhaitez vous immerger dans un gros jeu de rôle où l'exploration souterraine, la création et la récolte de richesses sont le lot d'une aventure 2D, Aground est fait pour vous. Bâtir des systèmes de rails, dompter un sanglier pour le transformer en cochon domestique, transiger dans de petits commerces, demander à son cuisinier de concocter 15 Burgers, puis couper des arbres, ne sont que d'infimes exemples des tâches qui vous attendent dans Aground. 

Image version PC

Ces tâches viennent tellement nombreuses et l'encadrement parfois si mince, que le jeu a fini par m'ennuyer à la longue. C'est un bon jeu, mais c'est le genre de jeu où il faut avoir du temps pour y jouer fort longtemps. Sans oublier qu'il faut avoir le goût de s'y investir à fond pendant un long moment avant d'en voir le bout. J'y retournerai de temps à autre pour le plaisir, mais il ne deviendra pas mon jeu de rôle type « prospection / construction » préféré.

J'aime
-Énormément de contenu pour s'occuper pendant des heures
-Belles animations des personnages et des environnements
-Progression lente qui nous laisse apprivoiser le jeu
-Belle adaptation à la manette (rappelons que c'était d'abord un jeu PC)
-Nombreux outils dans les menus viennent agrémenter la jouabilité
-Différents niveaux de difficulté
-Les avancées futuristes sont étonnantes!

J'aime moins
-Énormément de gestion à faire lorsque très avancé
-Prise en main imprécise dans les phases de combat
-Bande-originale manque un peu de punch
-Cycle jour/nuit trop rapide
-Innombrables aller-retours
-La gestion du poids plutôt irritante dans les toutes premières heures de jeu

Recommandation :
En raison du type de jeu et du temps qu'il faut y mettre pour en venir à bout, privilégiez la version Switch pour y jouer où et quand vous voulez. C'est le genre de jeu qu'on veut trainer partout, idéal pour la console de Nintendo.
Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.  

Aground Site officiel
Développeur : Fancy Fish Games
Éditeur : Whitehorn Digital
Plateformes : Switch (ce test), Xbox One, PS4, PC
Prix : 18,99$

Abonnez-vous aux différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo!

Commentaires