TEST - Amnesia Rebirth (PC, PS4)

Amnesia Rebirth est un jeu qu'il vous faut dans votre collection

Par Jacques Germain
Il y a plusieurs sortes de peur. Selon le dictionnaire, la peur se définit comme suit : « Sentiment d’angoisse éprouvé en présence ou à la pensée d’un danger, réel ou supposé, d’une menace. Appréhension, crainte devant un danger, qui pousse à fuir ou à éviter cette situation. » Amnesia : Rebirth nous plonge directement dans l’angoisse, l’appréhension et dans des souvenirs oubliés et c’est dans ce dernier que la peur prend tous son sens, pourquoi ne nous rappelons-nous pas ? Que s’est-il passé et qui sommes-nous vraiment?  
 

Je me souviens 

Frictional Games nous replonge encore une fois dans une expérience mentalement stupéfiante avec Amnesia : Rebirth, cinq ans après l’un des meilleurs jeux indépendants d’horreur : SOMA, ce studio suédois revient à ses racines avec un deuxième titre Amnesia, le premier étant sortie il y a dix ans. Les mêmes thématiques sont abordées mais d’une façon beaucoup plus riche en écriture et avec une expérience d’un studio qui a grandi et le tout se voit rapidement tant dans l’univers que dans l’écriture de celui-ci. Tasi sera votre personnage pour la durée de votre long voyage, qui vous plongera dans les fins fonds de votre tête par moment pour y récupérer des souvenirs ici et là mais on y reviendra. Vous étiez en expédition avec votre mari et un équipage d’hommes et de femmes. Malheureusement, votre avion s’est écrasé et vous voilà seul au beau milieu du désert, tranquille, n’ayant que pour seule histoire, le vent sablonneux qui vous murmure une suffocante symphonie à l’oreille.  


Seul petit problème, Tasi se réveillant dans ce désert ne se rappelle absolument pas ce qui s’est passé. Où est le reste de l’équipage? Où est son mari? Comment s’est-elle retrouvée là? Tasi devra marcher et finira par avoir certaines visions, entendre des choses qui lui rappelleront les événements passés, elle semble revenir sur ses pas? Mais pourquoi? Amnesia porte bien son nom. Tout au long de l’aventure, votre mémoire reviendra à vous. Ce ne sera pas toujours dans l’intérêt de Tasi mais elle doit passer par cette épreuve, en est-elle une justement, une épreuve? Mais dans quel but? Par qui? Toutes des questions que je me suis posé pendant mon périple dans cette Algérie un peu trop calme par moment.  


La folie dans l’obscurité 

Amnesia se caractérise avant tout en étant un jeu d’exploration. Vous serez amené dans des environnements sombres, très sombres qui d’ailleurs rendront fou votre personnage, mais heureusement des lampes pourront être allumés par-ci et par-là vous permettant de garder votre esprit sain. Mais un peu comme la série Metro 2033 qui vous offrait des munitions limitées dans un environnement rempli d’épreuves bestiales, Amnesia vous offrira que quelques allumettes qui s’épuiseront vite si vous ne faites pas attention. Vous tomberez alors dans le noir et la folie qui s’emparera de Tasi sera votre plus grande souffrance. 

Au fil du temps, vous trouverez une lampe à huile qui devra elle aussi être géré car l’huile n’est pas éternelle vous savez. Ce système qui m’agaçait au départ est devenu au fil du jeu un cheval de bataille avec lequel j’ai aimé me battre. Si je courais au départ pour éviter les zones sombres, j’ai su en prendre avantage après une heure ou deux de jeux. Ne faite pas la même erreur que moi et profitez de cette noirceur pour vous enivrer de ce que le développeur voulait vous faire vivre comme expérience, c’est l’un des succès du titre. 


Trop peu d’interaction utiles 

L’exploration est cruciale dans Amnesia : Rebirth. Tasser un sac de sable pour y trouver en-dessous un paquet d’allumettes, ou bien déplacer des barils très lourds vous permettant d’ouvrir une porte inaccessible sont souvent au rendez-vous. Cependant, le reste du titre souffre d’une interaction limitée dans son utilité. Je m’explique : par moment, dans certaines pièces vous pourrez prendre plus d’une dizaine d’objets et les déplacer, les retourner sur eux-mêmes pour les voir sous toutes leurs coutures mais c’est tout. 

Ces objets ne servent strictement à rien et ne fait que ralentir votre progression. Des tas de casse-têtes auraient pu être imaginé avec ces objets qui ne servent au final que de décorations. Tout ceci aurait pu ajouter une profondeur au titre et nous inciter à fouiller beaucoup plus car après la première heure, on se rend tout de suite compte qu’il ne nous sert à rien ou presque de fouiller autant et on fini par savoir où chercher directement pour trouver des allumettes par exemple. Le premier du même nom utilisait le même stratagème et une amélioration aurait ici été grandement justifié.  


Mais ça fait peur ou non? 

L’ambiance est tout simplement incroyable, des bruits par-ci et par-là viennent teinter vos oreilles, surtout si vous jouez à l’aide d’un casque, ce que je vous recommande fortement. L’ambiance sonore est digne d’un jeu comme Alien où chaque détail est important, que ce soit lors d’une de vos crises de panique ou simplement entendre les pas de je ne sais quoi. Visuellement c’est beau mais il manque de finition dans les textures. Le tout est sombre, mais pas trop, vos yeux s’adaptent et vous finissez par voir des petits détails ici et la qui donne la chair de poule. 

Certains « ennemis » sont aussi de la partie et vous feront faire des sauts inattendus et palpiter votre cœur. Vous devrez même vous sauver par moment pour ne pas vous faire attraper, vous cacher et observer en silence ces créatures, ils vous rechercheront en marchant doucement pour vous effrayer, ceci ma fait mettre le jeu sur pause à quelques occasions. Peut-être suis-je aussi peureux que Steeve Tremblay au fond?
 

En conclusion  

Amnesia : Rebirth est un jeu qu’il vous faut dans votre collection malgré ces quelques petits défauts de conception qui nous rappelle les jeux d’une lointaine époque. Le tout est fait par une équipe passionnée et ça parait dans l’ambiance générale et surtout l’écriture qui subit une augmentation de la qualité comparativement aux autres titres du même studio. Vous aimez avoir peur? Être angoissé? Ce jeu doit être entre vos mains.  
Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.


Amnesia Rebirth Site officiel
Développé et édité par Frictional Games
Plateformes : PC (ce test), PlayStation 4
Prix : 33,99$


Me joindre sur Twitter via @JackGerms / Mon podcast La Quête Musicale
Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo! 

Commentaires

  1. Bon test Jacques, tiens faudrais ben que je me remettre à Amnesia Collection sur Switch...
    Que Steeve avait tester ici-même et aussi bien noté, donc merci à Frictional Games,
    pour cette nouvelle mouture... en espérant un portage sur Switch peut-être?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le portage sur Switch serait facilement réalisable selon moi!!

      Supprimer

Publier un commentaire