TEST - Microsoft Flight Simulator (PC)

Une vraie simulation

Par Jacques Germain
Oui Sergent!! C’est les mots que je criais de si nombreuses fois lorsque j’étais dans les cadets de l’air, vous savez un peu après les scouts lorsque vous êtes adolescents et juste avant l’armée. Je m’étais inscrit car Geneviève, une jolie blonde aux yeux bleus y était depuis des années et qu’elle m’avait demandé si je voulais devenir un des leurs. Déjà si jeune, et naïf j’étais. Au bout de quelques mois, j’ai pris la piqûre et y suis resté quand même longtemps. Les fins de semaine de survie en forêt même si on y mangeait que des rations pack et du pain. Mais ce qui m’avait fait vraiment capoter c’était les fins de semaine ou nous allions faire des tours d’avions, de me sentir léger et de voir du haut du ciel les petites voitures parcourir les autoroutes et autres chemins, ça me donnait presque les larmes aux yeux. Le nouveau Microsoft Flight Simulator développé par Asobo Studio m’a fait vivre d’autre sortes d’émotions, tout aussi incroyable que lors de mes vrais vols dans les cadets.


Une vraie simulation?
Premier avertissement du test, Microsoft Flight Simulator est réellement un simulateur et si vous le prenez comme un jeu d’avion, vous serez d’abord déçu, puis très frustré, et finalement vous aurez lancé quelques dollars en l’air pour rien. La franchise a toujours été réputée pour être d’une précision incroyable et pour offrir une réalité et ce, même aux pilotes expérimentés. D’ailleurs dans l’une de mes séances sur Twitch, j’ai pu avoir une conversation avec un pilote expérimenté de simulateur de vol dont le dernier opus de la franchise. Celui-ci m’a confirmé pour travailler avec de vrais pilotes que le titre de Microsoft avait toujours été considéré comme l’une des grandes références dans la matière.


Ma première expérience remonte à Microsoft Flight Simulator 3.0 sur mon ancien 486 lorsque j’étais encore au secondaire. Il m’a donc fallu quelques temps avant d’être en mesure de me sentir à l’aise avec ce nouveau simulateur et avec les nombreux contrôles présentés. Fort heureusement, Asobo Studio a su développer un nombre correct de formations en vol pour nous présenter les divers instruments de vol et touches pour nous permettre de voler en toute sécurité. Je vous recommande quand même de faire comme moi : vous imprimez les nombreux raccourcis pour éviter de les chercher trop longuement sur votre tableau de bord et finir au fin fond de la mer. Ces formations sont quant à moi essentielles pour profiter pleinement de vos premiers vols solos et pour ne pas vous sentir perdu dans tout ceci.


Tout dans Microsoft Flight Simulator est réglé pour être le plus fidèle possible. Vos vols devront être planifiés grâce au plan de vol, vous devrez respecter une montée à un certain degré pour atteindre votre vitesse de croisière et éviter de gaspiller du gaz inutilement et être certain de vous rendre à destination, vous devrez vous assurer de contrôler l’assiette pour ne pas bouger le manche à balais inutilement, rentrer votre train d’atterrissage pour ne pas l’abîmer en vol et j’en passe. La réalité de tout ça m’a tellement captivé que j’ai souvent perdu le compte des minutes lorsque je volais tout simplement vers une destination X. J’ai pour une des rares fois cette année, resté concentré pendant des heures sur une seule et unique session de jeu.


Pour tout le monde?
Microsoft semble vouloir aller chercher un groupe de gens n’ayant jamais utilisé l’un de leur simulateur car Asobo Studio nous propose quelques activités supplémentaires autres que des vols directs. Des défis différents en passant par le vol en brousse, ou bien l’atterrissage sur l’une des plus petites pistes au monde sont disponibles. Vous pourrez même comparer votre pointage avec les autres pilotes du monde entier. J’ai été bien fier de faire atterrir un Boeing sur une toute petite piste avec des vents de plus de 100km/h sans tuer aucun passager. Je crois être maintenant en mesure de piloter un vrai appareil non? Je plaisante bien sûr! Mais les défis m’ont tout de même procuré un sentiment de satisfaction en plus de celui d’avoir débloqué des capacités supplémentaires à gérer un si gros avion.


Asobo Studio s’est aussi assuré d’avoir un mode plus facile pour les néophytes qui ne souhaitent pas être obligé de tout contrôler. Une option permettant de donner le contrôle total à l’intelligence artificiel est présent. Vous pourrez ainsi seulement contempler le paysage sur un long vol comme si vous y étiez. Personnellement, dès le départ, j’ai opté pour le mode du milieu, soit celui qui nous offre des conseils de pro mais qui vous laisse quand même tout gérer de A à Z. Je crois que cette option est la meilleure pour profiter de l’expérience complète dès le départ pour les joueurs ayant beaucoup d’heures de jeu à leur banque.


À vue d’oiseau HD partout dans le monde
Saviez-vous que l’aigle peut voir un spectre de couleur plus grand que n’importe quel humain? Et qu’il peut même voir des proies jusqu’à deux kilomètres de distance alors que l’humain peine à voir en détail à plus de 100 pieds. Saviez-vous également que Microsoft Flight Simulator offre probablement l’un des visuels les plus impressionnants techniquement des dernières années? Voler près de la tour Eiffel et y voir les détails ou bien parcourir de près la rue principale de Las Vegas et y voir presque Céline chanter au Caesar Palace. Bon j’exagère légèrement mais grâce à la technologie de Bing de Microsoft et celle d’Asobo Studio, le rendu de la terre est tout simplement hallucinant et offre un paysage à couper le souffle, et ce partout dans le monde.


D’ailleurs pour ajouter au réalisme, Asobo Studio n’a pas ménagé en y ajoutant voitures qui roulent sur les autoroutes, animaux qui gambadent dans les plaines d’Afrique, température en temps réel et même tous les vols d’avions en direct partout dans le monde. C’est-à-dire que si par exemple vos parents décident de prendre un vol de Québec en direction de Montréal et que vous volez vous-même vers cette direction, vous devrez faire attention pour ne pas utiliser la même ligne de vol. De plus, le titre offre, tout dépendamment de la version choisie, jusqu’à 30 avions répliqués parfaitement ainsi que plus d’une cinquantaine d’aéroports du monde entier. Bien entendu, préparez-vous à voir arriver des DLC d’ici 2021 incluant d’autres avions et/ou aéroports.



En conclusion
Microsoft Flight Simulator vous offrira des heures de vols agréables une fois le titre maîtrisé. Il vous permettra de vous évader et de visiter des endroits que vous n’aviez même jamais planifié de voir. Le tout dans des décors d’un réalisme surprenant offrant une liberté inégalée dans l’univers du jeu vidéo. Disponible avec le Game Pass sur PC, laissez-vous tenter simplement pour pouvoir vous envoyer en l’air.

Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.

Microsoft Flight Simulator Site officiel
Développeur : Asobo Studio
Éditeur : Xbox Game Studios
Plateformes : PC Windows 10 , PC Steam
Prix : 79,99$ et / ou Xbox Game Pass pour PC

*Visitez cette portion ''média'' du site officiel à travers laquelle, vous retrouverez des tonnes d'infos sur le développement du jeu et à quel point, l'expérience proposée est réaliste : Par ici!!!


Me joindre sur Twitter via @JackGerms et suivez mes prochains vols via Twitch jackgerms
Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo!

Commentaires

  1. Très bon test Jacques. Moi j'attend qui soit sur Xbox Series X pour m'acheter la console. C'est un Day One pour moi.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire