TEST - CrossCode (Switch, PS4)

Un pur bonheur pour les nostalgiques de l'ère 16-bits

Par Jacques Germain
Comme je suis nouveau sur Le Salon de Gaming de Monsieur Smith, vous ne savez peut-être pas que je suis un maniaque des jeux de style RPG. D’aussi loin que je me souvienne, c’est le genre de jeu que je voulais jouer non-stop et je me rappelle même avoir loué Final Fantasy VI chaque fin de semaine pendant des mois pour finalement le réussir. Bon, j’aurais surement dû simplement accumuler mon argent et l’acheter mais je n’étais tout simplement pas capable d’arrêter de vouloir y jouer. CrossCode, du studio Radical Fish Games m’a refait le même effet et j’y pense même quand je n’y joue pas. Il faut dire que le jeu a un style 16-bit SNES incroyable et qu’il a clairement une influence de Secret of Mana dans la jouabilité. Je vous le dis d’entrée de jeu, c’est bon, très bon!
Je me souviens 
La prémisse est simple, trop simple en fait pour réellement y croire, mais imaginez-vous donc que Léa, votre personnage principal, a perdu la mémoire. Et oui, une autre! Un peu simplet comme début d’aventure n’est-ce pas? Mais ne vous y fiez pas, l’histoire du jeu renferme énormément de potentiel et de rebondissement pour vous permettre de passer par-dessus ce simple petit défaut narratif. Léa se trouve à être aussi votre avatar virtuel. Celle-ci est un personnage du MMO Crossworld et appartient donc à une vraie personne, vous me suivez? Léa est donc réelle tant dans la vraie vie que dans le monde virtuel de Crossworld. Elle se doit d’y retourner pour retrouver ces dits souvenirs. Dès vos premières minutes de jeu, on vous plonge dans le quartier général des responsables de la maintenance du jeu qui cherchent eux aussi le pourquoi de votre soudaine perte de donnée. Bon, je me demande pourquoi ils n’avaient pas prévu des sauvegardes de secours mais si ça avait été le cas le jeu serait déjà fini. (Je plaisante bien sûr). Première étape, retourner au Hub de départ, passer inaperçu et récolter des informations lors des premières missions principales.  
Des amis virtuels
Léa ne sera pas seule, MMO veux aussi dire une panoplie de joueurs en même temps, oui bien sure Cross Code n’est pas un vrai MMO mais il le simule de façon intéressante avec une panoplie de faux joueurs qui court à gauche et droite ainsi que l’apparition de discussion entre eux pour donner l’impression que des vrais joueurs s’y retrouvent en même temps que nous.  Vous allez même rencontrer d’autres joueurs (des faux, ça devient mêlant tout ça) avec qui vous pourrez vous lier d’amitié et contacter via l’un des menus de communication disponible. Vous pourrez choisir par exemple de continuer l’aventure seul ou avec l’un des personnages rencontrés pour venir vous donner un grand coup de main.  
L’influence de l’ère 16-bits? 
Tout comme ce dernier, CrossCode vous offre une jouabilité du ciel, c’est-à-dire que votre vue est de haut sur votre personnage. Les combats sont un mélange du bon vieux Zelda : A Link To The Past, Secret of Mana et même un peu de la série moins connue ici, Y’s. Un action-rpg comme je les aime tant avec des combats rapprochés mais également un personnage qui peut combattre de loin avec des sphères de magie lancé sur les ennemis. Ces sphères sont contrôlées à l’aide du stick droit tout en pouvant déplacer votre personnage avec le gauche. Ce qui donne une action rapide et vous permet souvent d’éviter le combat rapprocher. Des armes de corps à corps seront aussi de votre arsenal pour anéantir les ennemis qui eux possèdent quelques tours dans leurs manches. Pour les contrer, vous pourrez soit bloquer leurs attaques aux bons moments ou bien les éviter rapidement pour contre attaquer tout de suite. Il faut aussi dire que les combats sont parfois difficiles et j’ai dû recommencer quelques fois certains passages. Fort heureusement on vous replace presque tout de suite dans l’action en vous faisant réapparaitre juste au début de la section ou vous êtes morts. 
Fonctionnement à l'ancienne
Comme tout bon RPG, il vous sera possible d’acheter des armes, des armures et pleins de potions pour vous aider. Des marchés sont ici et là pour vous permettre aussi d’échanger plusieurs des éléments que vous avez trouvé lors de votre périple. Comme dans certains des vieux RPG oldschool de l’ère 16-bits, certains de ces items, armes et armures sont dès le départ très chers et il faudra refaire certaines sections pour accumuler or et ressources si vous voulez les avoirs. Peut-être que certains joueurs des dernières générations seront déboussolés par ce principe mais pour moi ce fût une joie et une satisfaction incroyable. D’autant plus que vos missions principales et secondaires ne sont aucunement affichées sur la carte. Il vous faudra vous rappeler de certains endroits pour y revenir plus tard ou bien vous promenez pendant quelques minutes pour réussir à trouver le bon endroit. Un jeu qui ne vous prend pas par la main comme dans le bon vieux temps.  
Des puzzles
L’influence de l’ère 16-bits se fait aussi également sentir sur les casse-têtes et la conception des temples et donjons du royaume de CrossWorld. Ceux-ci vous demandent d’user de patience, de votre intelligence et surtout de vos différents pouvoirs et techniques pour réussir à passer à travers. Lancer une sphère d’énergie sur différents murs pour créer une suite logique sont un exemple des casse-têtes de CrossCode. Une inspiration tirée directement des titres de la série Zelda sans aucun doute.  
Une Léa en pleine forme numérique 
Des combats rapides et amusants c’est une chose, mais lorsque le système de combat vous récompense en bout de ligne pour la panoplie d’ennemis tués c’est encore plus stimulant. Une barre de combos est présente dans le haut de votre écran, lorsque vous tuez un ennemi elle augmente tout dépendamment de certains facteurs comme la force de l’ennemi et la rapidité. Une fois un ennemi tué une barre de temps commence à descendre, il vous faudra trouver d’autre ennemis rapidement pour garder cette barre active et faire augmenter votre niveau de combo. En le faisant, celui-ci vous récompense avec de plus grands objets, éléments et expériences.  
Système de combat
Des SP sont aussi à votre disposition pour augmenter l’arbre de talents pour Léa. Des techniques sont ainsi déverrouillables pour vous aider dans vos attaques en créant des coups dévastateurs. Vous pourrez bien entendu augmenter vos points de vie ou bien avoir des bonus d’attaques ou d’esquive et augmenter plusieurs de vos attributs et ainsi réussir à survivre plus longtemps que moi, je l’espère. Un système intéressant qui permet d’ajouter une valeur aux combats et qui plus loin dans l’aventure prend une autre tournure avec l’ajout des circuits interchangeables. Mais je vous laisse le découvrir par vous-même. 
Du Pixel Arts à son meilleur 
La facture visuelle est tout simplement hallucinante pour un titre ayant opté pour une approche comme CrossCode. Comme les gars de Tribute Games qui savent bien utiliser le Pixel Arts, la gang de Radical Fish Games ont créé un titre qui est devenu, depuis la sortie sur PC du titre il y a déjà plus d’un an, une référence de qualité. Les détails irréprochables ou chaque pixel est placé et pensé, du pur génie. La trame sonore vient agrémenter le tout et se rapproche des succès d’un Nobuo Uematsu de la série Final Fantasy sans bien sûr le détrôner. Disons que la qualité du jeu est au-delà de la plupart des titres indies.  
Conclusion
CrossCode est un pur bonheur pour les nostalgiques des jeux de l’ère 16-bits mais peu devenir également l’un des meilleurs titres que vous aurez joués en 2020. Il a une identité bien à lui tout en ayant pris l’influence de plusieurs titres du passé. Une conception pratiquement parfaite mise à part les quelques ralentissements dans les menus du jeu qui sont un peu tannants mais c’est là son seul défaut. Un petit bijou maintenant disponible sur Nintendo Switch et PS4. 

Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.

CrossCode Site officiel
Développeur : Radical Fish Games
Éditeurs : Deck13 , ININ Games
Plateformes : Switch (ce test), PS4PC
Prix : 25,19$


Retrouvez-moi sur Twitter via @JackGerms
Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications du blogue et pour découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo.
Facebook , Twitter , YouTube , Twitch , Le Podcast , Courriel

Commentaires

  1. Très bon test pour un grand jeu qui semble parfait pour la Switch! Un jour je ferai, assurément! Juste le rendu visuel et les animations, déjà c'est wow. Good job cher ami!

    RépondreSupprimer
  2. J’aborde dans le même sens, un jeu taillé pour la Switch on the go, étais déjà sur ma liste de souhaits, vraiment un bon teste (belle note, c’est noté 👍) , un achat incontournable,
    pour cette année, assurément!

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire