TEST - Ara Fell: Enhanced Edition sur Nintendo Switch

Sympathique et joli JRPG rétro 16-bit

Par Eric Larouche (le beau-frère!)
Ara Fell est un jeu de rôle de style japonais (JRPG) inspiré de l’époque 16 bit. Le jeu est un produit du développeur indépendant Stegosoft Games et fut publié par Dangen Entertainment. Le jeu original fut lancé sur PC en 2016 et réalisé à l’époque sur la plate-forme RPG Maker. La version “enhanced”, dont a fait l’objet ce test sur Switch, est une version revampée appuyée sur un moteur plus récent (Unity).
Histoire
Le jeu se passe sur l'île d’Ara Fell, qui flotte au-dessus des nuages depuis longtemps, en vertu de la puissante magie des elfes qui voulaient la protéger du danger. Nous y suivons beaucoup d’années plus tard l’épopée d’une jeune fille de 16 ans qui se retrouve, tant bien que mal, avec le devoir inattendu de sauver son île natale d’une chute funeste du haut du ciel.
J’ai eu du plaisir et de l’intérêt à voir évoluer cette sympathique histoire, ses ramifications et ses surprises. J'ai aussi bien aimé les dialogues teintés d’émotion ou d’humour qui permettent de découvrir les personnages et de s’y attacher durant l’aventure.
Exploration
Le monde d’Ara Fell est séparé en zones avec chacune leurs éléments de décor, leur paysage. La plupart de celles-ci peuvent être explorées rapidement durant l’aventure en évitant assez facilement les ennemis qui y circulent, ce qui contribue à donner un petit sentiment d’évoluer dans un monde “ouvert”.
Pour la portion exploration, pour ma part, j’ai observé que ce n’était pas toujours évident de savoir à quel endroit dans le décor il était possible de passer et à quel endroit c’était bloqué. Il m’a souvent fallu plusieurs essais / plusieurs minutes pour comprendre la “subtilité” du décor et atteindre certains points de la zone. C’était parfois un brin irritant, mais je suppose que le but est de récompenser ceux qui sont suffisamment patients pour explorer tous les recoins (ou ceux qui décèlent rapidement le “bon chemin” du premier coup !). Pour accélérer les déplacements dans le monde, il est possible d'utiliser des portails afin de se déplacer d’une zone à l’autre instantanément.
Fonctionnement
Il y a quelques donjons qui offrent un petit côté aventure avec résolution d’énigme / puzzle. C’est très léger, mais ça ajoute un brin de substance aux donjons. Dans les différents lieux qu’il sera possible de visiter, plusieurs trouvailles peuvent y être faites pour pouvoir améliorer son équipement ou créer des potions au moyen de l’artisanat (“crafting”).
L’artisanat est d’ailleurs la seule façon d’obtenir du nouvel équipement. Chaque classe a un jeu d’items (armure, casque, etc.) prédéterminés. Ceux-ci ne pourront toutefois être construits qu’avec les bons matériaux en les achetant dans les boutiques, en faisant des trouvailles dans l’environnement ou en vainquant des adversaires.
Pour permettre un peu de personnalisation, le joueur pourra également ajouter des enchantements à l’équipement. C’est un aspect bienvenu qui permet d’avoir un peu de contrôle sur l’évolution du groupe de personnages.
Lors d'un passage de niveau (après avoir obtenu suffisamment d’expérience en combat), il est requis de répartir dix points entre les caractéristiques suivantes : puissance, défense, agilité et sagesse. Celles-ci détermineront l’efficacité des sorts et habiletés. Fait intéressant : il est possible en cours de partie de redistribuer les points à un coût raisonnable pour expérimenter un tout autre profil.
Combat
Pour ce qui est de la portion combat, nous avons affaire ici à un RPG tour par tour très cadré et relativement simple. Chaque personnage a six habiletés prédéterminées propres à sa classe. Celles-ci peuvent être améliorées et spécialisées une fois sur un des voies proposées par le jeu. Les tours de combat sont régis par l’agilité de chacun des personnages et l’ordre est affiché en haut de l’écran.
Recette de combats
Durant mon épopée, j’ai dénoté que quelques-unes des habiletés étaient plus ou moins utiles par rapport aux autres, ce qui fait que j’ai très souvent répété la même “recette” lors des combats. Également, puisque les points de santé et de mana sont récupérés entre les batailles, je me suis vite rendu compte que je pouvais gérer le combat en visant la survie, plutôt que la “qualité”.
Le seul bémol à cette approche : chaque fois qu’un personnage meurt en combat, il subit une blessure semi-permanente qui réduit son efficacité. Ces blessures peuvent assez facilement être soignées dans les villages ou à certains endroits dans le jeu, ce qui n’est pas trop dérangeant donc. Ce choix de réinitialiser tout à chaque bataille peut se défendre au nom de l’accessibilité, mais pour ma part, je pense que cela enlève un brin de stress ou de challenge. Notez que j’ai joué au mode normal. Il est possible qu’en mode difficile j’aurais peiné dans les batailles individuelles, mais je n’en ai pas fait l’essai.
Graphismes
Le visuel 16 bit est très bien réussi. Les différents éléments du décor regorgent de couleurs et de détails. L’arrière-plan où l’on peut observer le ciel est tout particulièrement magnifique. J’y ai joué principalement en mode portable, car sur un grand écran je trouvais que c’était moins attrayant visuellement.
Musique
La musique m’a vraiment beaucoup plu tout au long du jeu que ce soit dans les combats, dans les moments plus tendus ou tout simplement durant l’exploration. J’ai trouvé que les mélodies étaient bien choisies, agréables à écouter et contribuaient à l’immersion.
Conclusion
Ara Fell est un sympathique et joli JRPG rétro 16 bits parsemé de quelques ingrédients plus modernes (exploration, monde ouvert, artisanat, etc.) que j’ai pris plaisir à découvrir jusqu’à la toute fin. Au prix de 18,89$ CAD, je pense c’est un jeu qui saura plaire à une audience fan de JRPG rétro, à la seule condition d’être conscient que le jeu est très cadré et qu’il ne laisse pas énormément de latitude pour personnaliser. Pour ma part, malgré la redondance des combats et cette simplicité, j’ai décidé de me laisser porter par le jeu et j’ai apprécié la vingtaine d’heures (+) qu’il m’a fallu pour en voir le dénouement.
J’ai aimé :
-Le visuel bien réussi : tout particulièrement les arrière-plans du ciel d’Ara Fell qui se marient vraiment bien au style plus rétro 16 bits
-La musique plaisante à écouter et qui contribue à l’immersion
-L’histoire intéressante à découvrir et qui nous porte tout au long de l’aventure malgré son côté un brin classique
-Les dialogues entre les personnages, courts et efficaces pour faire passer les émotions
-Le côté exploration : c’est particulièrement satisfaisant de faire des trouvailles un peu partout dans les environnements
-Le fait qu’il soit aisé d’éviter les ennemis
-Le fait qu’il soit possible de réinitialiser les points de caractéristiques pour expérimenter d’autres “build”
J’ai moins aimé :
-La navigation, les déplacements pas toujours évidents à travers l’environnement : “est-ce que je peux passer si je vais par-là ? Non zut !”
-Les combats un peu trop simplistes et redondants pour un amateur de JRPG plus crunchy comme je le suis
-Le fait que plusieurs habilités en reviennent à être sous utilisées vs d’autres qui devienne le pain et le beurre durant les combats
-L’évolution trop cadrée : il y a peu de place pour satisfaire une envie de personnalisation autant sur la portion statistique, équipement, habileté des classes
-Le choix de réinitialiser les points de vie et de mana à chaque bataille qui réduit selon moi le challenge un peu trop
Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient
aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith.

Ara Fell Enhanced Edition Site officiel
Développeur : Stegosoft Games
Plateformes : PC, Switch (ce test), Xbox One, PS4, mobile
Prix : 18,89$

*Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith
Les précédents articles du collaborateur Eric Larouche (Monsieur LBF)

Commentaires

  1. Hey! Salut le beau frère! (de Steeve Tremblay 😉)
    Content de ta visite au salon, un petit bout déjà! (heureux de te relire 👍)

    Ha! les jeux rpg 16 bits à la Super Nintendo, que de bon souvenirs...
    J’en ai tellement jouer, Secret of Mana, Super Mario RPG, Final Fantasy ,Breath of Fire ...
    Le fun de voir les éditeurs s’amuser à perpétuer cette belle nostalgie!
    À la lecture de ton test, j’avoue que ça me donne envie de l’essayer...

    Bon test Éric et à la prochaine? 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci M. Ben pour les bons commentaires. Comme tu dis c'est l'fun de replonger à l'époque des RPG 16 bits, que de bons souvenirs :) Et oui sans doute que je vais sûrement collaborer à nouveau pour du contenu sur le salon de gaming ;)

      Supprimer

Publier un commentaire