TEST : Pourquoi Slay the Spire est si addictif ?

Première collaboration du beau-frère Éric Larouche pour le Salon de Gaming de Monsieur Smith! Hé oui, celui mentionné dans quelques épisodes du podcast nous livre ci-dessous, son avis sur le jeu Slay the Spire. Pour les habitués de Game-Focus où j'étais auparavant, Éric avait collaboré à quelques reprises pour différentes critiques mobiles. Merci à lui pour cette première collaboration officielle!
Résumé du jeu
Slay the Spire est un jeu de cartes tour par tour, de type « roguelike ». Le joueur y incarne un héros qui tente de gravir les différents étages d’une tour en choisissant sa route parmi les chemins qui s’offrent à lui, générés aléatoirement par le jeu. 
                       
Sur le chemin, se trouvent des monstres à combattre, des coffres aux trésors contenant des artéfacts qui viendront aider le joueur dans son aventure, des feux de camps pour se reposer/améliorer une de ses cartes ou encore des magasins pour dépenser les pièces d’or durement gagnées.
Lors de la montée de la tour, il se trouve également des points marqués d’un « ? », lesquels résulteront soit en combat, soit en rencontres. Ces rencontres « surprises » amèneront le joueur à faire des choix, la plupart du temps très déchirants étant donné qu’un des principaux défis du jeu consiste à gravir la tour, tout en gérant l’état de santé du personnage et l’amélioration du deck.
Il y a trois classes de héros donc chacune a des cartes propres à son style de jeu. Au terme de chaque combat victorieux, le joueur aura l’occasion d’ajouter une nouvelle carte à son deck relative à la classe du héros. Les victoires permettront également à l’occasion de gagner des potions utilisables durant les combats.
Côté « gameplay », les joueurs expérimentés avec les jeux de cartes s’y retrouveront sans problèmes. En pigeant cinq cartes de son deck au début de chaque tour, le joueur doit sélectionner lesquelles utiliser avec ses points de « mana ».
Il y a des cartes d’attaques, de défenses, de « pouvoir » (actives tout le combat), de piges et de « buff » / « debuff ». Certaines permettent également de gagner temporairement du « mana » pour un tour ou encore de réduire le coût d’autres cartes, ce qui permet parfois d’en enchaîner une grande quantité lors d’un même tour!
Mon impression
Ce jeu, très bien reçu par la critique, a attiré mon attention plus tôt cette année. Étant amateur de jeux tour par tour, de jeux de cartes et fanatique du thème fantasy, Slay the Spire me paraissait être une combinaison de rêve! Dès qu’il a été disponible sur la Switch, je n’ai pas hésité… et je ne regrette pas une minute mon achat ! Le jeu m’a littéralement accroché!
Malgré tout, au départ, je me suis demandé si le type « roguelike » allait me plaire, me convenir : recommencer du début à chaque défaite, j’étais moins sûr me disant que ce serait possiblement redondant et irritant de reprendre à chaque fois du tout début. 
Mais en fait, à mon avis, c’est là que le jeu arrive à se démarquer…en faisant de chaque tentative une expérience en soi! À chaque « run », les artéfacts et les choix de cartes sont différents et impose une adaptation, laquelle s’avère nécessaire pour arriver à se forger le meilleur deck possible afin de survivre jusqu’au plus haut niveau de la tour.
Voici en rafales les différents points de ce jeu qui en font un titre que les amateurs du genre ne devraient pas manquer :
- Chaque décision compte, tout au long du parcours : si on perd des points de vie inutilement dans des combats faciles, on le regrettera plus tard!
- La quantité d’artéfacts différents et l’impact important qu’ils ont sur la façon de choisir les cartes de notre deck, et de se comporter durant la « run » pour arriver à survivre plus loin que la dernière fois.
- À chaque tour, on peut voir les intentions des ennemis (va-t-il attaquer, se buffer, etc.), ce qui permet d’élaborer sa stratégie au « quart de tour », avec les cartes que nous avons en mains.
- Le défi constant pour arriver à trouver l’équilibre entre « survivre » et « progresser ».
- Les choix difficiles auxquels est confronté le joueur tout au long de l’aventure (ex: est-ce que je prends une carte « malus » dans mon deck pour en obtenir une « artéfact »?).
- Le sentiment de vivre une aventure : combats prenants, rencontres variées, découverte de trésors, différents choix à effectuer.
- Le fait de pouvoir jouer une aventure complète et différente chaque fois en environ 1 à 2h dépendamment du niveau que l’on atteint dans l’ascension de la tour.
- …et sachant que l’on va mourir et reprendre à zéro, on n’hésite pas à expérimenter procéder par essais/erreurs pour apprendre et jouer mieux prochaine fois.
Note finale

Éric Larouche

*Précisons que cette critique a été réalisée avec une copie achetée. Il ne s'agit pas ici d'une copie envoyée par l'éditeur.

Site officiel de Slay the Spire Switch
Développeur : Mega Crit Games
Éditeur : Humble Bundle
Prix : 35,16$
Plateformes : PC , Mac, Linux, PS4, Switch (ce test)

Pour informations ou pour le contacter, écrivez-moi via MonsieurSmithGaming@gmail.com
Ou via Twitter @LeTusken

Commentaires

  1. Slay the Spire, fais déjà parti de ma longue lise de souhaits du eShop,
    Et finalement avec cette belle note de 9 ,
    Ça rejoints mes impressions sur le soft!
    Félicitations cher nouveau collaborateur !
    Bon Teste et très bonnes explications!


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les bons mots. 😊 C'est vraiment un bon titre, tout indiqué pour la Switch.

      Supprimer
  2. Cool ça, une nouvelle collab! :) Nous l'avions déjà testé sur PC et si je me souviens bien, Martin avait beaucoup apprécié! Content de savoir que la version console soit demeurée intacte et que ça se joue bien sur consoles également! :) Bravo pour cette nouvelle collaboration d'Éric! :)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire