TEST - Foregone (Switch, Xbox One, PS4, PC)

Foregone ou quand s’abandonner rythme avec liberté!

Par Monsieur Ben
Foregone m’a plu dès le début. Son style action / plateforme 2D dessinée entièrement à la main, sa protagoniste moulée de façon pixel art, des armes de mêlées et à distance super efficaces (ou presque, j’y reviendrai), amélioration d’équipement défensif combiné à un arbre de compétence aux allures de jeu de rôle (clin d’oeil également à un certain Dark Souls et d’un excellent Dead Cells. D'ailleurs, Foregone aurait pu souffrir avec ce dernier (Dead Cells) en étant accusé d’être un gros copier-coller, mais heureusement, même si la ressemblance visuelle des deux jeux se font sentir et qu’un air de déjà-vu semble flotter tout au long de l’histoire, les développeurs ont réussi à insuffler à Foregone une jouabilité et un amusement plus qu’efficace, apportant l’essentiel : soit d’aimer ou ne pas aimer... Par bonheur, j’avoue avoir été agréablement surpris!


Un jeu vidéo canadien, rien de moins!

« Hé oui chose! », comme dirait le très coloré Steeve Tremblay. Un jeu « made in Canada », paru en premier sur PC (27 février 2020) maintenant sur Xbox One, PS4 et Switch, édité par Big Blue Bubble (pas Bublé), un studio de développement fondé en 2004 dans la jolie ville de London d’une autre belle province,  l'Ontario. L’éditeur Big Blue Bubble (pas Bublé), a déjà une bonne centaine de jeux à son actif, allant de la console Nintendo DS jusqu’à nos consoles actuelles, preuve que leur passion et leur créativité vidéoludique ne date pas d’hier.

Il était une fois

Meurtrît par plusieurs années de guerre, la ville de Galagan ne pouvait pas se douter qu’elle n’était pas encore arrivée aux bouts de ses peines. Derrière ses murs, un nouvel ennemi, une force maléfique appelée « Le Tourment », qui a le pouvoir de réanimer des monstres et autres créatures infernales, s’apprêterait à assiéger et détruire le reste de la ville... Mais cette force invisible (pour le moment) ignore qu’un Super-Soldat (l’Arbitre), appelé en ultime renfort, viendra brouiller ces cartes et du même coup. Tout cela lui fera découvrir certaines choses venant du passé, des choses qui auraient peut-être dû rester incognitos.


Mode tir à distance avec un petit bémol

La base d’un jeu d’action, qu’il soit 2D plateforme, 3D FPS (en première ou troisième personne), est souvent lié au défoulement procuré à dégommer des ennemis et en cela, Foregone ne dérègle pas aux conventions établies. La combinaison tir à distance et combat rapproché sont les bienvenues! Mais petit bémol, on ne contrôle pas la visée, faut attendre de voir apparaître un cercle sur l’ennemi avant de tirer, déstabilisant certes, mais bon, j’ai fini par m’habituer ou presque. Certains pouvoirs offensifs ou défensifs acquis tout au long de l’aventure, pourront être attribués aux bouton ZL et ZA (à votre guise), des pouvoirs consommables, mais qui se rechargent en tuant des ennemis, pareillement avec les munitions des fusil, arcs, pistolet. 

Rajoutez deux autres aptitudes « glissement au sol » permettant de traverser les ennemis sans ce blesser et le « double-sauts » fort utile pour atteindre de nouveaux sommets. Tous des attributs qui donnent vraiment à notre héroïne, un savoir-faire à toutes épreuves! Bien évidemment, cela dépendra de vos affinités de joueur. Comme le jeu apporte son lot d’améliorations pour les armes, armures et pouvoirs de super-soldat, je dirais « oh! que oui », votre envie de persister n’en sera que doublée.


L’arbre de compétences

Souvent utilisé dans les jeux de rôle, l’arbre de compétences est maintenant très répandu sous plusieurs formes et styles de jeux, ça c’est très cool! C’est le deuxième bonbon après le « looting » (pillages de butins dompé par les ennemis) apportant cet effet, soit celui de donner du sens à l’évolution des personnages. Également, comme mentionné plus haut, il donne envie de persister, juste le fait d’ajouter un petit bonus dans nos aptitudes, fait tout la différence! La petite étincelle qui allume le feu...


Qui se ressemble s’assemble?

Oui la ressemblance avec Dead Cells (un jeu que je vous recommande fortement), est franchement frappante. Une touche pixel art, graphismes dessinés à la main, portails, armes de mêlés et à distance, amélioration du loot. Dead Cells est un rogue-like avec des donjons recréés aléatoirement à chaque défaite, pareillement pour les ennemis et portails. Foregone n’est pas un rogue-like, les salles visitées et ennemis rencontrés sont toujours identiques, portes et portails restent débloqués aux mêmes endroits, ce qui facilite le retour au dernier point rendu. 

Nos armes, items, demeurent toutes dans l’inventaire, sauf pour l’argent et les pépites de pouvoir bleu, mais que vous retrouvez au même endroit de votre disparition (beau clin d’œil à Dark Souls). Dans la salle de retour, là où vous aurez à utiliser le portail, trois serviteurs accommodent vos prochaines sorties. L’un améliore votre arbre de compétences, l'autre rembourse la moitié de vos pertes en or et pépites de pouvoir. Finalement, un troisième vient améliorer vos armes, amures et items.


Avis partagé

Ouais, je vous l'ai dis, j’ai adoré ce jeu. Par contre, une fois que vous aurez appris à faire les boss (élément que j’ai volontairement décidé de ne pas parler et pourtant qui s'avère être la vraie raison d’y jouer), apprendre leurs patterns deviendra rapidement votre obstination. Mais bon, ayant pratiquement terminé le jeu, (encore boss et pas juste un) j’ai à peine atteint 10 heures de jeu! Vous vous dites, peut-être vendu un peu trop cher (38,99 $)... mais vous savez quoi, cette fois-ci je n’entacherai pas sa note pour sa valeur monétaire, mais resterai plutôt enjoué pour tout son ensemble et du plaisir qu'il procure de lancer et relancer une partie.


Une mise à jour à été déployée pendant mon test « amélioration de certains crash » que je n'ai pas eu et amélioration du « framerate » permettant de rester fluide en tout temps. Peut-être aussi du fait que je l’ai surtout joué Switch en mains, mais je n'ai souffert d'aucun de ces problèmes.

Aimé
-Jeu de plateforme 2D en plein forme, formidable!
-Tirs à distance (arcs, pistolet, fusil)
-Armes de mêlée (gunshunks, lance, épée, dagues)
-Inventaire (statistiques du perso, items, cartes, journaux)
-Les deux modes sont jolis, même si j’ai préféré y jouer plus en portable
-L’ambiance sonore et musique sont parfaites, ajustables au menu, idem pour les boutons en jeu.

Pas aimé
-Visée automatique mal gérée
-Certains Boss demandent beaucoup, vraiment beaucoup, de patience (d’où l’importance de bien s’équiper et d’apprendre par cœur leurs patterns)
-Son prix (38,99 $)

Note finale

*La copie du jeu utilisée pour la réalisation de ce test, provient de l'éditeur, lequel n'intervient aucunement dans le processus de création des critiques du Salon de Gaming de Monsieur Smith. 

Foregone Site officiel
Développé et édité par Big Blue Bubble
Plateformes : Switch (ce test), Xbox One, PS4, PC
Prix : 38,99$

Me joindre sur Twitter via @monsieur_ben
Suivez les différentes plateformes du Salon de Gaming de Monsieur Smith pour ne rien manquer des prochaines publications et découvrir au quotidien, l'actualité du jeu vidéo! 

Commentaires

  1. Bon test! Tu m'as clairement donné le goût d'y jouer! Et très heureux que ce ne soit pas un rogue-like! C'est ce qui me faisait peur de ce jeu.

    RépondreSupprimer
  2. Merci 😊 👍
    Hé oui, un super de bon jeu, j’ai fini par le terminer, je croyais avoir un petit 10 heures de jouer, mais la fin m’a donner tellement de file à retords (j’y retournais à petites doses)
    finalement atteint le 15 heures de jeu!



    RépondreSupprimer

Publier un commentaire